RMC Sport

EXCLU RMC SPORT - L’homme qui s’attaque à Zidane s’explique

-

- - AFP

EXCLU RMC SPORT. A l’origine de la plainte contre Zinedine Zidane, privé de banc avec la réserve du Real Madrid pour trois mois, Miguel Galán s'exprime pour la première fois en France. Le directeur de la Cenafe Escuelas (Centre national espagnol de formation des entraineurs de football) plaide le légalisme à l’espagnole et rejette toute idée d’acharnement voire de coup de pub.

Miguel Galán, que reprochez-vous à Zinedine Zidane ?

Nous avons porté plainte contre lui car nous estimons que Zinedine Zidane ne dispose pas des diplômes nécessaires pour entrainer le Real Madrid Castilla. En Espagne, la formation est régulée en 3 niveaux. En fonction du niveau que vous avez atteint, vous pouvez entrainer telle ou telle catégorie. Pour le Real Madrid Castilla, qui évolue en Secunda B, le niveau d'entraineur requis est le niveau 3. Et à ce que je sache, Zidane ne dispose pas d'un diplôme de ce niveau. Ou du moins, il n'a pu présenter une équivalence à la Fédération espagnole de football. Pendant trois mois, il a donc entrainé sans diplôme. Pour contourner ça, ils ont donné le nom de son adjoint comme entraineur. C'est comme si vous n'aviez pas de permis de conduire et que vous conduisez avec le permis d'un autre.

Que demandez-vous dans cette affaire ?

Ce que nous demandons, c'est juste qu'il régularise sa situation. C'est à dire qu'il entraine avec des diplômes, et qu'il ne se serve pas de ceux de son adjoint. On ne fait pas ça en Espagne. Il est désormais suspendu pendant trois mois, ça lui laisse le temps de se régulariser avec l'aide de la Fédération française. Avec le diplôme, il pourra ensuite entrainer.

On a le sentiment que vous vous attaquez à lui parce que c’est Zinedine Zidane…

C'est un mensonge, c'est faux. Zidane, je lui donne tout mon respect. Je respecte aussi la France et le football français. Moi, je parle juste de droits d'entraineurs. Je ne fais pas ça pour me faire de la publicité. Je n'en ai pas besoin. Je n'ai rien contre lui. Ça a été un grand joueur et ce sera surement un grand entraineur. Mais il doit respecter la loi espagnole comme les autres. Il faut être juste avec tout le monde. Jusqu'à ce qu'il dispose de ses diplômes, il ne pourra entrainer en Espagne. Je ne sais pas comment cela fonctionne en France pour obtenir le diplôme, ni les études qu'il faut faire. Ce qui est sûr, c'est que selon le juge qui l'a sanctionné, il n'a pas d'équivalence pour pouvoir entrainer. Je ne veux pas rentrer dans le débat de savoir si Zidane a les capacités ou non d'entrainer l'équipe Castilla. Ce n'est pas la question.

« Je n’ai rien contre Zidane »

D'autres entraineurs en Segunda B sont dans la situation de Zidane : pourquoi ne les attaquez-vous pas ?

Il y a d'autres entraineurs dans ce cas et effectivement, je l'ai dénoncé. Ils ont, eux aussi, été sanctionnés de trois mois de suspension. Après, on fait ce que l'on peut : nous sommes une école de formation d'entraineurs, pas la police. C'est mon rôle de dénoncer les irrégularités. Mais pour la suite, c'est au comité national des entraineurs de s'en occuper. Concernant Zidane, j'ai fait ce courrier en voyant que, depuis août, la Fédération ne faisait rien. Il a fallu la plainte pour que ça se passe. J'insiste, et j'espère que les Français le comprendront : je n'ai rien contre Zidane, qui a été un joueur formidable. Je n'ai rien non plus contre le Real Madrid.

Zidane n'est-il pas victime d'une lutte entre vous ou la Fédération et le Real Madrid ?

Autre mensonge... La Fédération espagnole a beaucoup d'estime envers le Real Madrid. Zidane n'est victime de rien du tout. Il est victime de lui-même. Je n'ai rien contre lui. Il parait être un type formidable. Je n'ai rien non plus contre le Real Madrid et ni contre les Français. J'adore la France d'ailleurs. Zidane a commis une erreur : entrainer sans diplôme. Quand la fédération française lui donnera son diplôme, il pourra entrainer. C'est la loi espagnole et il faut la respecter qu'il s'appelle Zidane ou non. Sinon, les milliers d'entraineurs espagnols diront "Pourquoi on laisse passer ça pour Zidane et pas pour nus ?" Voilà le débat. Il n'y a pas de fantasme. Il n'y a pas de persécution.

Vous comprenez que cela l’attriste ?

Non, car cela fait des semaines qu'il est dans cette situation et des semaines que lui et le Real Madrid sont au courant des menaces qui planaient. Quand il aura un diplôme de niveau 3, il reviendra. C'est tout. Quand je vois qu'on m'accuse de vouloir me faire connaitre à travers cette affaire, je ne trouve pas ça normal. Désolé d'avoir touché à Zidane mais je pense à tous les entraîneurs espagnols. Vous savez, j'ai déjà connu un cas similaire. Il y a six ans, Francisco Ferrayos, qui entrainait à San Roque, a commis la même infraction que Zidane et a écopé de six mois de suspension. Donc ça aurait pu être pire pour Zizou selon le barème.

Que voulez-vous dire aux fans de Zidane en France ?

Je leur dirais que je traite ce cas avec objectivité. C'est une plainte déposée au nom de tous, au nom de l'égalité. Pour que personne, aussi grand footballeur soit-il, ne soit au-dessus des lois. C'est comme si Fernando Alonso, pilote de Formule 1, roulait à 400 km/h sur les autoroutes d'Espagne : il n'aurait pas le droit selon la sécurité routière espagnole. Je n'ai rien contre Zidane ou le Real Madrid, mais je dois défendre les droits des entraineurs.

La FFF soutient Zizou et s’estime mise en cause

Dans un communiqué publié ce mardi, la FFF s’estime également visée puisque le champion du monde 1998 a suivi sa formation d’entraineur en France : « La FFF a sollicité directement le Président de la Fédération Espagnole de Football pour lui préciser que la décision de la Commission espagnole revient à sanctionner le choix de Zinedine Zidane de suivre le cursus français de formation pour l’obtention du BEPF, alors que les règlements de l’UEFA permettent à un entraîneur en cours de formation d’exercer son métier », peut-on lire dans le document. Le président Noël Le Graët précise qu’il est « dommageable pour le football européen qu’un joueur aussi emblématique que Zidane, qui a décidé de suivre la formation française d’entraîneur, reconnue dans le monde entier, ne puisse exercer son métier comme le permet l’UEFA ».

M.Bo