RMC Sport

Football Leaks : Pepe et Coentrao auraient dissimulé 7 M€ à eux deux

Pepe (Real Madrid)

Pepe (Real Madrid) - AFP

Selon les révélations des Football Leaks, les deux internationaux portugais Pepe et Fabio Coentrao auraient dissimulé respectivement 3,77 et 3,5 millions d’euros via des sociétés offshore.

En discutent-ils dans le vestiaire du Real Madrid ? Cristiano Ronaldo n’est pas le seul joueur du club espagnol à voir son nom traîner dans les Football Leaks. Ses coéquipiers et compatriotes Pepe et Fabio Coentrao auraient eux aussi dissimulé au fisc espagnol des revenus liés à leurs droits d’image. Soit 3,77 M€ pour Pepe et 3,5 M€ pour l’ex-Monégasque.

Les deux joueurs représentés, comme Cristiano Ronaldo, par l'agent Jorge Mendes, auraient eu recours à des sociétés offshore, selon l'hebdomadaire portugais Expresso, qui fait partie du consortium de journaux européens baptisé European Investigative Collaborations (EIC).

A voir aussi >> Football Leaks : un juge espagnol demande l’interdiction des publications

Le fisc espagnol a ouvert des enquêtes en 2015

Fabio Coentrao aurait ainsi "utilisé la société offshore Rodinn au Panama pour recevoir ses droits d'image", avant que le fisc espagnol n'ouvre une enquête en février 2015, écrit le journal. En décembre 2015, le joueur a régularisé sa situation en déclarant, mais au fisc portugais, ses revenus de droits d'image estimés à 3,5 millions d'euros pour 2011, année où il était encore résident fiscal au Portugal. Il s'est alors acquitté d'un impôt de 853 000 euros.

Entre 2009 et 2014, Pepe aurait, quant à lui, dissimulé 3,77 millions d'euros via "la société Weltex créée en juillet 2007 aux Iles Vierges britanniques". Une enquête a été ouverte contre le joueur par le fisc espagnol en 2015, selon Expresso qui indique ignorer si le joueur a réglé ses dettes, ni les autorités espagnoles ni Gestifute, la société de Jorge Mendes, n'ayant répondu aux questions posées par le consortium de journaux européens.

A voir aussi >> Accusé de fraude fiscale, Mourinho clame son innocence

la rédaction avec l'AFP