RMC Sport

France-Espagne : après le match, Piqué charge le Real

Gerard Piqué face à Kevin Gameiro lors de France-Espagne

Gerard Piqué face à Kevin Gameiro lors de France-Espagne - AFP

Vainqueur au Stade de France avec l’Espagne ce mardi soir (2-0), Gerard Piqué s’en est pris au Real Madrid devant les journalistes à l’issue du match. Avec l’arbitrage et les affaires judiciaires de Messi et Neymar dans son viseur.

Nouvel épisode des attaques entre le Catalan Gerard Piqué et les Madrilènes. Après la victoire de l’Espagne face aux Bleus ce mardi soir au Stade de France (2-0), à laquelle il a participé en tant que titulaire, le défenseur du Barça a saisi le thème de l’arbitrage vidéo pour mettre un premier tacle au Real. "L’arbitrage nous a aidé parce qu’on jouait en blanc", a ainsi estimé Piqué en pensant à la couleur du maillot madrilène, avant de se féliciter de l’apparition de cette technique pour éviter les erreurs.

D’ailleurs, il en a pointé une qui a profité au Real en regrettant le traitement de la large victoire de son Barça contre le PSG en 8e de finale retour de la Ligue des champions (6-1). "Vous débattez de la remontada contre le PSG, de sa valeur, mais personne ne parle du but en position de hors-jeu de Ramos en finale de la Ligue des champions", a lâché Piqué.

A voir aussi >> France-Espagne: la star, c'est la vidéo ! Un but refusé pour les Bleus, un but validé pour la Roja

Piqué : "Je n’aime pas voir dans le public de Madrid les personnes qui tirent les ficelles dans ce pays"

Il s’est ensuite lancé dans des accusations à peine voilées, et vite décryptées par la presse espagnole, concernant les affaires judiciaires (fraude fiscale) à l’encontre de ses coéquipiers barcelonais Lionel Messi et Neymar. "Je n’ai rien contre les joueurs du Real Madrid, a assuré Piqué. Ce sont d’autres choses qui ne me plaisent pas dans ce club. Je n’aime pas voir dans le public de Bernabeu la personne qui attaque Messi et Neymar. Je n’aime pas voir dans le public de Madrid les personnes qui tirent les ficelles dans ce pays."

Il semble que Gerard Piqué ait voulu parler de l’ancienne procureure générale Marta Silva, aperçue juste derrière Florentino Perez dans les tribunes de Santiago-Bernabeu et ex-membre de la direction du Real entre 2000 et 2006. Il a ajouté que Cristiano Ronaldo, lui, n’avait "rien" eu. Et a conclu en confirmant sa retraite internationale après la Coupe du monde 2018 en Russie. Il va manquer aux journalistes espagnols.

A voir aussi >> France-Espagne : Piqué a demandé à Mbappé de lui donner son maillot

LP