RMC Sport

Insultes racistes contre Diakhaby: pas de sanction en vue, Valence en colère

Dans son rapport, le juge instructeur de la Fédération (RFEF) ne compte retenir aucune sanction contre Juan Cala, faute de preuves, malgré les accusations de racisme de Mouctar Diakhaby lors du match entre Cadix et Valence. Dans un communiqué, Valence réagit en soutenant fermement son joueur.

L'affaire entre Juan Cala et Mouctar Diakhaby fait couler beaucoup d'encre depuis le début du mois d'avril. Accusé d’avoir proféré des insultes racistes contre le défenseur français pendant la rencontre entre Cadix et Valence, Juan Cala n'a pas été sanctionné pour le moment. L’ancien Lyonnais s’était arrêté de jouer en dénonçant les propos tenus par son adversaire. Ce dernier lui aurait lancé "negro de mierda" (noir de merde).

Si l'Espagnol avait nié en bloc avoir proféré des insultes racistes en conférence de presse, Mouctar Diakhaby avait maintenu sa version sur les ondes de RMC, dans l'émission Top of the Foot: "L’enquête n’a pas encore donné raison à Cala. Elle suit son cours. On va passer devant la fédération, un juge va essayer de résoudre cette affaire. L’histoire n’est pas finie. Je ne comprends pas cette situation, sachant les preuves qu’ils ont. Ils connaissent des indices qui sont confidentiels. Il y a des enregistrements, mais ils ne disent pas tout apparemment. Je compte aller au bout de cette histoire. Je ne suis pas fou, je ne vais pas sortir du terrain et créer une fausse polémique. Ce serait fou de faire ça."

Si Javier Tebas, président de la Ligue espagnole de football, avait confirmé l'existence d'un enregistrement audio le 8 avril dernier, cela n'aurait visiblement pas suffit au juge instructeur de la Fédération (RFEF) qui aurait suggéré, dans son rapport, de ne retenir aucune sanction contre Juan Cala, faute de preuves.

Valence continue son combat et fustige contre cette décision

Le juge instructeur de la RFEF constate, selon As, que l’insulte raciste présumée dénoncée par le joueur valencien ne peut être retenue formellement, après avoir analysé toutes les preuves graphiques: "Aucune des nombreuses archives audiovisuelles utilisées ne peut discerner l'insulte raciste présumée", précise le rapport.

Dans un communiqué publié ce vendredi, Valence fustige cette décision et se lamente de la proposition du juge. Le club espagnol réitère son soutien à Mouctar Diakhaby, avançant que l'absence de preuves ne signifie pas que les faits ne se sont pas produits.

"Le club réitère son soutien à Mouctar Diakhaby et croit pleinement à sa version, écrit Valence. Nous regrettons cette proposition et espérons que la Commission des compétitions parviendra à clarifier ce qu'il s'est passé. L'absence de preuves ne signifie pas que cela n'a pas eu lieu, comme le mentionne la lettre du juge d'instruction, et surtout, ce n'est pas la bonne manière de traiter le problème du racisme dans le football."

Le dossier va maintenant atterir entre les mains du Comité des compétitions, qui doit aussi se prononcer, après le rapport rendu par le juge de la Fédération.

Luca Demange