RMC Sport

Liga: des sons d’ambiance confirmeraient les insultes racistes de Cala contre Diakhaby

Selon une radio de Valence, les sons d’ambiance du match Cadix-Valence ont repéré les insultes racistes présumées de Juan Cala contre Mouctar Diakhaby, dimanche.

Pour le moment, c’est parole contre parole. Mouctar Diakhaby a de nouveau assuré avoir été victime d’injures racistes de la part de Juan Cala, dimanche lors du match entre Cadix et Valence (2-1). Le défenseur adverse nie, lui, avoir proféré les mots "noir de merde". "Soit Diakhaby l’a inventé, soit il a compris autre chose quand je lui ai dit de me laisser tranquille", a-t-il déclaré en conférence de presse. Mais selon l’émission de radio valencianne Tribuna Deportiva, les sons d’ambiance de Movistar+, diffuseur de la Liga en Espagne, ont bien révélé l’existence des propos de Cala.

Celui-ci y tiendrait ces mots: "noir de merde, va pleurer". Mouctar Diakhaby a réagi à ces révélations sur Twitter en pointant du doigt l'attentisme de la Ligue de football espagnole. "Se taire, c’est être complice, la Liga." Les instances ont bien ouvert une enquête sur les accusations de l’ancien Lyonnais qui avait quitté le terrain en compagnie de ses coéquipiers pour protester contre ces agissements.

Mercredi, le quotidien catalan Sport s’est procuré le document dans lequel l'instance justifie sa procédure. Il est écrit: "L'ouverture d'un dossier exige d'avoir des indices minimaux raisonnables de la commission d'une infraction". Ce qui semblait indiquer que des preuves de ses insultes existaient.

La nature des éléments n’a pas été précisée. Dans un premier temps, la presse espagnole avait indiqué que la Ligue ne disposait pas de preuve matérielle (image ou son) sur les propos de Cala. Mais ces derniers jours, plusieurs passages audio ont fleuri sur les réseaux sociaux, les présentant comme les mots tenus par le joueur espagnol. En attendant les résultats de l’enquête, le président de la Valence, Anil Murthy, s'est confié dans un podcast du média The Athletic dans lequel il dénonce le manque de soutien des autres clubs espagnols.

"Je suis surpris qu'aucun club espagnol ne se soit prononcé pour soutenir la déclaration de Valence, a-t-il déclaré. De nombreux autres clubs à l'étranger l'ont fait. Mais fondamentalement, si nous ne supprimons pas cela, si les clubs n'agissent pas ensemble pour modifier les normes et les règles et sur la façon dont nous gérons ce type d'événements, je dirai: 'Si faire des déclarations vous aide à vous dormir la nuit, allez-y mais ce n'est pas suffisant pour moi'."

Quand le journaliste lui demande si l'attitude des clubs de la Liga le surprend vraiment, Murthy assure l’inverse. "Honnêtement non, parce que c'est comme ça que ça se passe ici, regrette-t-il. Et c'est pour ça c'est si urgent que les clubs et les institutions disent, soyons sérieux."

Depuis l’affaire, Murthy est monté au créneau pour défendre son joueur et dénoncer la défense de Cala. Le club a publié un message sur les réseaux sociaux en indiquant: "Nous ne te croyons pas Cala". Ce dernier estime être diffamé et promet d’attaquer en justice.

NC