RMC Sport

Liga: la commission de discipline s'appuie sur des "indices raisonnables" dans l'affaire Diakhaby-Cala

Selon un document de Sport, la commission de discipline de la fédération espagnole possède des "indices raisonnables" dans l'affaire des accusations de racisme portées par Mouctar Diakhaby contre Juan Cala.

Bien que Juan Cala ait juré ne pas avoir proféré d'insultes racistes contre Mouctar Diakhaby lors du match Cadix-Valence (2-1), des éléments ont tout de même poussé la commission de discipline de la fédération espagnole de football à ouvrir une enquête. Le journal Sport s'est procuré mercredi le document dans lequel l'instance justifie sa procédure. Il est notamment écrit explicitement: "L'ouverture d'un dossier exige d'avoir des indices minimaux raisonnables de la commission d'une infraction".

La commission de discipline ne précise pas la nature de ces éléments. Dans un premier temps, la presse espagnole a indiqué que la Ligue n'avait trouvé aucune preuve matérielle (image ou son) de propos discriminatoires de Juan Cala. Mundo Deportivo a toutefois rapporté mardi que de nouvelles images circulant sur les réseaux sociaux permettaient d'entendre disctinctement des insultes racistes.

Avec l'ouverture de cette enquête disciplinaire, le juge instructeur désigné a un mois maximum pour prendre une décision et proposer éventuellement une sanction à l'encontre du défenseur central espagnol de Cadix.

"On m'a jugé avant la fin du match"

Lors du match disputé dimanche pour la 29e journée de Liga, les joueurs du Valence CF avaient quitté brièvement le terrain lorsque leur coéquipier français avait dit avoir été insulté. Le match avait repris après dix minutes, mais Mouctar Diakhaby avait été remplacé et n'était pas revenu sur la pelouse.

En conférence de presse, mardi, Juan Cala a contesté les accusations. "Je lui ai dit «Rassure-toi, je n'ai pas dit ça». Il me pousse. Je lui répète: «Rassure-toi, je n'ai rien dit». On m'a jugé avant la fin du match, sans écouter ma version".

À la suite de cette prise de parole, le Valence CF a publié mardi un communiqué intitulé: "Juan Cala, nous ne te croyons pas". Le club andalou a estimé que le joueur de Cadix avait "perdu une occasion d'assumer son erreur et de demander pardon".

JA