RMC Sport

Liga: le beau geste de soutien de Valence à Diakhaby, après les insultes racistes

Les joueurs du FC Valence ont posé ensemble, ce lundi, pour apporter leur soutien au défenseur français, Mouctar Diakhaby, qui a dénoncé des insultes racistes du défenseur de Cadix, Juan Cala, dimanche.

Les joueurs, l’entraîneur, le staff et même le président. Tout le FC Valence s’est regroupé ce lundi pour une photo autour de Mouctar Diakhaby (24 ans) pour apporter son soutien du club au défenseur français. Ce dernier a accusé le défenseur de Cadix, Juan Cala, d’avoir proféré des insultes racistes en sa direction à la 29e minute du match entre les deux équipes, dimanche. Choqué, l’ancien Lyonnais s’en est plaint auprès de l’arbitre avant de quitter le terrain en compagnie de ses équipiers. L’équipe est finalement revenue sur le terrain quinze minutes plus tard, par crainte de perdre le match sur tapis vert et à la demande du Français. Diakhaby, lui, a été remplacé par Hugo Guillamon.

"Hier, aujourd'hui, demain et toujours: Stop au racisme, a écrit le club sur son comte Twitter. Notre soutien total pour Mouctar Diakhaby. Nous nous battrons jusqu'au bout pour clarifier ce qui s'est passé, défendre notre joueur et éradiquer le racisme. Junts Anem AMUNT! (slogan du club qui signifie, ensemble allons-y en valencian)."

Le message s’accompagne donc d’une photo de l’effectif et du président, Anil Murthy, levant leur paume de main et formant une chauve-souris, l’emblème du club. Depuis l’incident, de nombreux joueurs valencians ont condamné les propos présumés tenus par Juan Cala et apporté leur soutien au défenseur, qui a rejoint le club en 2018 en provenance de Lyon.

La Fédération espagnole de football a rendu public le rapport de l’arbitre de la rencontre qui fait état de la plainte de Diakhaby, assurant s’être fait insulter de "noir de merde". L’arbitre indique ne pas avoir entendu les propos du joueur de Cadix qui s’exprimera, mardi en conférence de presse. A son arrivée à l’entraînement ce lundi, il s’est brièvement expliqué. "Je suis très tranquille, je ne vais pas me cacher, a-t-il déclaré. Demain, je prendrai la parole lors d'une conférence de presse. J’ai l’impression que, dans ce pays, il n'y a pas de présomption d'innocence."

NC