RMC Sport

Liga: le Real dans le viseur des autorités pour un lien avec un paradis fiscal

Le Real Madrid aurait consciemment obtenu 200 millions d’euros du fonds américain Providence, une somme déclarée dans des paradis fiscaux et qui aurait échappé au fisc espagnol, selon les Football Leaks.

Toutes les idées ne sont pas bonnes à prendre. C’est peut-être ce qu’aurait dû se dire le Real Madrid avant d’accepter le contrat proposé par "Providence Equity". Un deal datant de 2016 dans lequel ce fonds d’investissement américain s’engage à verser 500 millions d’euros au club madrilène dans le cadre d’un accord sur dix ans, en échange de 23,75% de l’augmentation des revenus de la Maison Blanche provenant de la gestion de certains de ses droits commerciaux.

Les sommes déjà perçues à ce jour, soit 200 millions d’euros en échange du versement au fonds d’une partie de ses revenus de sponsoring, auraient ainsi toutes été déclarées dans des paradis fiscaux et échappé au fisc espagnol, selon les infos des Football Leaks partagées lundi par le quotidien allemand Der Speigel avec le consortium European Investigative Collaborations (EIC) et le site espagnol infoLibre. Une situation embarrassante, qui pourrait mettre le club espagnol dans de beaux draps puisque le Real semblait bien au courant du caractère illégal de ce transfert de fonds, et encourt désormais une "fraude à la loi".

Négociations, Zalacaín et jet privé

Les 200 millions d’euros déjà versés auraient été payés par deux sociétés basées aux îles Caïmans, ce petit territoire britannique d’outre-mer situé dans les Caraïbes et connu pour être un paradis fiscal. "Deux sociétés basées aux îles Caïmans et domiciliées dans un immeuble de George Town où sont domiciliés des milliers de sociétés garantissent le paiement au club de 200 millions par une société luxembourgeoise au capital de 20 000 euros ! Cela ressemble à une blague, mais j’ai peur que ce soit sérieux", avait pourtant averti à l’époque par écrit le directeur financier du Real Madrid, lucide face au danger.

"Cette structure sera presque certainement remise en question par le Trésor", s’inquiétait alors le DAF du club actuellement deuxième de Liga derrière son rival, l’Atlético de Madrid. Conscient des risques fiscaux, l’institution présidée par Florentino Pérez a tout de même accepté l’accord avec Providence, un fonds actifs de capital-investissement américain, l’un des plus gros dans l’industrie des télécoms et des médias.

Le 21 novembre 2016, une délégation de Providence s’était rendue à Madrid pour une visite de deux jours, permettant en parallèle d’engager des négociations avec le Real afin de mettre sur pied un accord, selon les Football Leaks. L’équipe américaine avait alors visité le stade Santiago-Bernabéu et le centre d’entraînement de Valdebebas, avait dîner dans le grand restaurant madrilène Zalacaín avant de se rendre en jet privé vers la capitale portugaise le lendemain, pour assister au match de Ligue des champions entre le Real Madrid et le Sporting Lisbonne. Contacté dans le cadre de l'enquête des Football Leaks, le Real Madrid n'a pas souhaité s'exprimer.

Romain Daveau Journaliste RMC Sport