RMC Sport

Liga: Tebas demande encore au Barça d'alléger sa masse salariale

Le président de la ligue espagnole de football, Javier Tebas, a de nouveau pointé les pertes du Barça, et demandé au club catalan d'alléger fortement sa masse salariale s'il veut recruter cet été.

Javier Tebas a un nouveau combat. Fervent défenseur des clubs espagnols à l'international, le président de la Liga sait aussi les rappeler à l'ordre quand il le faut. Et depuis quelques jours, le dirigeant tire la sonnette d'alarme quant à la situation financière du FC Barcelone.

Après avoir expliqué la semaine dernière que le Barça devait absolument alléger sa masse salariale pour faire signer une prolongation de contrat à Lionel Messi, Tebas en a remis une couche sur le même thème dimanche soir, dans l'émission radio El Transistor sur Onda Cero.

>> Les infos mercato en direct

Des actes après les paroles ?

"Nous avons à la Liga une règle spéciale quand un club dépasse la masse salariale maximale établie, a-t-il indiqué. Dans ce cas-là, il ne peut dépenser que 25% des revenus enregistrés (ou des économies réalisées). Donc si le Barça vend un joueur pour 100 millions d'euros, il ne pourra en dépenser que 25. (...) Et à l'inverse, si le Barça veut recruter un joueur qui lui coûte 25 millions d'euros par saison, alors il doit trouver 100 millions en transferts ou en économies salariales."

Jusque-là, cela n'a pas empêché le club catalan de recruter cet été Memphis Depay, Sergio Agüero ou Eric Garcia. Mais après? "Les mesures de contrôle de la Liga ont été approuvées par les clubs il y a sept ans, le FC Barcelone les connait, a poursuivi Tebas. Le club est aujourd'hui dans une situation où il vient de perdre 350 millions d'euros sur une saison, c'est plus de la moitié des pertes totales du football espagnol. (...) Ils savent que s'ils ne font pas d'efforts, ils ne pourront enregistrer aucun nouveau joueur."

Par ailleurs, le patron du foot professionnel espagnol en a profité pour tacler le projet de Super League, une "blague" selon lui, et s'est prononcé pour des sanctions contre les clubs impliqués. Il a aussi critiqué le président du Real Madrid Florentino Pérez, qui a une vision du football "contraire" à la sienne.

C.C.