RMC Sport

Real Madrid: Perez maintient Benitez

Rafael Benitez (à gauche) et Florentino Perez

Rafael Benitez (à gauche) et Florentino Perez - AFP

Deux jours après l’humiliation subie à domicile contre le rival barcelonais (0-4), Florentino Perez a face à la presse ce lundi. L’occasion pour le président du Real Madrid de maintenir sa confiance à Rafael Benitez et d’évoquer l’avenir de Cristiano Ronaldo.

Une gifle à domicile contre le rival éternel, les mouchoirs blancs de sortie et des « Perez démission ! » qui descendent des travées de Bernabeu. Le clasico de samedi, maîtrisé avec autorité par le Barça sur la pelouse du Real Madrid (0-4), a placé Florentino Perez au cœur de la grogne des supporters. On attendait donc beaucoup de la conférence de presse organisée ce lundi soir par le président madrilène. Et notamment une réponse à LA question du moment : arrivé en juin dernier, l’enfant du club Rafael Benitez allait-il déjà quitter le banc de la Maison blanche et laisser place à un certain Zinedine Zidane ?

Pour l’instant, non. « Rafael Benitez a tout notre appui et notre confiance, a d’abord lancé Perez en préambule de son rendez-vous avec les médias. Je comprends la colère des socios mais je pense qu’il faut continuer à travailler de façon sereine. Le travail de Benitez vient à peine de débuter et je suis sûr qu’il va porter ses fruits. Nous sommes convaincus que nous avons une très bonne équipe et qu’elle sera capable de contenter nos supporters. Je demande de la compréhension aux supporters. Notre équipe est capable de gagner. Penser que les joueurs n’en voulaient pas, c’est une mauvaise interprétation du match. On ne peut pas mettre en doute le désir des joueurs de bien jouer. »

« Cristiano n’a jamais critiqué l’entraîneur »

Et le président du Real de poursuivre en répondant aux questions des journalistes : « Rafael Benitez a les pleins pouvoirs. Mes entraîneurs ont toujours eu de l’autonomie. Comme il a de très bons joueurs, ses choix ne sont pas faciles. Depuis janvier, notre équipe a des problèmes, c’est évident. Nous avons choisi Rafael Benitez pour redresser la situation. Et tous les problèmes ne se règlent pas du jour au lendemain. Il faut avoir confiance. Personne au conseil de direction n’a eu d’avis différent. Il y a une unanimité autour de cette décision. Il faut le laisser travailler. » « Pas pressé » d’occuper la fonction, Zidane va donc pouvoir attendre encore un peu.

Accusé d’un jeu trop frileux et de ne pas savoir gérer son vestiaire, le technicien espagnol voit pour l’instant la menace reculer. Mais on sait bien que ce genre de discours n’empêchera pas le Real de se séparer de lui très vite si les résultats ne s’améliorent pas (le Real compte déjà six points de retard sur le Barça) et que le grogne des tribunes se poursuit. La preuve, en mars dernier, Perez avait maintenu sa confiance à… Carlo Ancelotti. « Ça n’a rien à voir, a précisé le patron du Real. Et ce qui se passera dans des mois, je n’en sais rien. » En attendant, Perez – très critique du travail des journalistes durant sa conférence – a d’autres soucis à gérer. A commencer par le futur de Cristiano Ronaldo, annoncé partant par beaucoup. Une « déstabilisation » selon l’homme fort madrilène : « Il faut m’appeler pour vérifier ça. Cristiano n’a jamais critiqué l’entraîneur auprès de moi. C’est un type super. » Comme Benitez, qui aurait « de bonnes relations avec les joueurs ». Tout va bien dans le meilleur des mondes sur la planète Real. A croire qu’un certain 4-0 n’a jamais existé.

A.H.