RMC Sport

Riolo: "Ronaldo et le Real…"

Retour sur les dernières aventures de Cristiano Ronaldo au Real…

Ronaldo par-ci, par-là, au réveil, au petit déj', au coucher, le film Ronaldo Inside est donc sorti en grande pompe en Angleterre. Des stars et un tapis rouge, Cristiano Ronaldo est une star, rien de nouveau. A ses côtés, sur toutes les images de l’avant-première, partout, tout le temps, son agent, ami, confident : Jorge Mendès. Ensemble, ils se sont gavés. Mendès est en extase, lui qui a installé sa société sur Hollywood Boulevard.

Pendant que Ronaldo raconte sa vie intime au cinéma, la saison continue. Le Real est dans une mauvaise passe et vient surtout de prendre une volée devant le Barça. Le genre de défaite qui ne passe pas dans la grande Maison Blanche. Loin de moi l’idée de contester la vie sportive de Ronaldo. Sa carrière est immense, ses buts servis par wagon. Reste qu’au présent, ses performances sont moins reluisantes. La star n’est pas à l’aise dans son club. Il n’aime pas le coach et le fait savoir. Mieux, il envisage déjà la suite de sa carrière, loin de Madrid.

Rassemblons maintenant les pièces de ce puzzle. Ronaldo est arrivé au Real avec le costume de star. Il va repartir, malgré un passage historique, dans la peau d’un grand joueur parmi d’autres qui ont joués au club. Le divorce semble irrémédiable. Peu importe que son agent, Mendès, dise qu’il va terminer sa carrière au Real. Dans ce club, on prend et on garde les meilleurs. La star vieillissante et ridée, au revoir et merci.

Comment va se passer le divorce ? A l’amiable ? J’ai du mal à y croire. Ronaldo qui parle à l’oreille de Blanc lors du récent Real/PSG, c’est un vrai coup de canif. Les socios, Florentino Perez ont dû trouver ça très moche.

Ronaldo n’a jamais pensé le foot autrement qu’en pensant à sa gueule. Un individualisme forcené. L’équipe joue pour lui, tout le monde s’incline et il marque les buts. Tant que ça marche, tout le monde s’accommode de ça. Et si un coach arrive et bouge les lignes de cette stratégie tacite, Ronaldo s’agace. Sa place dans le vestiaire est tellement imposante que les conséquences ne peuvent qu’être conséquentes. Puisque le jeu tourne autour de lui, s’il est moins en forme, plus rien ne tourne. Et c’est exactement le Real de Benitez aujourd’hui. Ne pensant qu’à sa fin de carrière, Ronaldo est prêt à quitter le navire. Jorge Mendès prépare le contrat. Le PSG est prêt. Le marketing en place. Le sportif passe après. Le PSG vit déjà avec une star qui se dit plus importante que son club, ça ne serait qu’une continuation.

Comme José Mourinho avant lui (lui même conseillé par Mendès, sans doute pas un hasard), Ronaldo s’est cru, se croit, plus important que le club. L’institution doit se coucher devant leur égo sans mesure. Une déviance insupportable du foot où quand l’individu supplante le club, sa politique.

Le coach portugais était parti par la porte de derrière. Il reste la fenêtre pour Cristiano Ronaldo. Un tel joueur aurait pourtant mérité mieux. Le problème c’est que Jorge Mendès ne conseille pas l’humilité… Après eux le déluge !