RMC Sport

Sandro Rosell, l’ancien président du Barça, placé en détention provisoire

-

- - -

Poursuivi dans une affaire de blanchiment d’argent, l’ancien président du FC Barcelone Sandro Rosell a été placé jeudi en détention provisoire par la justice espagnole.

Les choses se gâtent sérieusement pour Sandro Rosell. L’ancien président du Barça a été placé ce jeudi en détention provisoire, décision de la justice espagnole. La juge d'instruction Carmen Lamela a justifié cette mesure par l'existence de risques de fuite, de dissimulation ou destruction de preuves et de récidive de l'ancien président du Barça (2010-2014), dans une décision rendue publique par l'Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de corruption.

Pour Carmen Lamela, Sandro Rosell, interpellé mardi à Barcelone par la garde civile, faisait "partie d'une organisation criminelle de dimension transnationale". Cette organisation servait, toujours selon la juge, à "blanchir de l'argent, provenant de commissions illicites dérivées de la vente par Ricardo Terra Teixeira (en tant que représentant de la Confédération brésilienne de football) des droits" de diffusion des matchs amicaux de l'équipe du Brésil, à travers un réseau de sociétés basées notamment en Andorre.

A lire aussi: Valverde énigmatique sur le Barça

Un peu moins de 15 millions d'euros détournés

Selon la décision de justice, le fait que Rosell (53 ans) et les six autres personnes identifiées dans l'affaire soient en lien avec d'autres structures faisant l'objet d'enquêtes dans d'autres pays pour des faits similaires "laisse penser que ceux-ci faisaient du délit leur mode de vie ou leur principale source de revenus". Le montant détourné à travers le réseau de sociétés atteindrait, selon la justice espagnole, un peu moins de 15 millions d’euros (14 973 328 euros précisément, dont 8,4 millions pour Ricardo Teixeira et 6,6 millions pour Sandro Rosell).

A lire aussi: PES 2018 s'offre la remontada du Barça comme teaser

Le premier, président de 1989 à sa démission en 2012 de la Confédération brésilienne de football (CBF), est déjà poursuivi par la justice américaine. Rosell n’en sera pas à son seul démêlé avec la justice cette année : l’intéressé attend également son procès dans une autre affaire, celle du transfert de l'attaquant brésilien Neymar en 2013, qui l'avait contraint à la démission en 2014.

A.D avec AFP