RMC Sport

Valladolid: la jolie lettre de Ronaldo aux abonnés

Président du Real Valladolid en Liga, Ronaldo a écrit une lettre aux abonnés durant le confinement pour réchauffer un peu les coeurs. Citant pour exemple sa grave blessure au genou à la fin des années 90, l'ancien attaquant brésilien promet que le futur réserve des jours meilleurs.

Actuellement confiné en Espagne, Ronaldo était apparu sur un live Instagram de Karim Benzema il y a maintenant quelques semaines de cela, pour donner de ses nouvelles. Mais cette fois, c'est d'une manière plus traditionnelle que s'est exprimé l'ancien attaquant brésilien, en adressant une lettre à tous les abonnés du club dont il est président, le Real Valladolid.

>> Le sport face au coronavirus: les infos en direct

Un texte dans lequel "R9" n'annonce rien de spécial, mais où il tente de redonner le moral aux fans en cette crise du coronavirus, en s'appuyant notamment sur un exemple très personnel. "Le football m'a appris beaucoup de choses. Le meilleur se trouve dans le dépassement de soi, écrit le dirigeant de 43 ans. Quand j'ai souffert de ma première et plus sérieuse blessure au genou (en 1999, ndlr), des gens ont dit que je ne jouerais plus jamais, et que je ne pourrais même plus marcher. J'avais l'impression qu'on m'enlevait ma propre vie. C'est dans ces moments-là que mes limites ont été testées, et je me suis battu pour retourner l'opinion et montrer à tout le monde que je pouvais faire ce que je désirais le plus."

"Je suis sûr que vous aussi, vous vous souvenez de toutes ces fois où vous vous êtes relevés"

Même s'il a fallu du temps pour cela. "Ce furent trois années de rééducation très difficiles, motivées par le désir de ressentir ce que je ne pouvais ressentir que sur le terrain, balle au pied, poursuit Ronaldo. Et à la fin, le moment peut-être le plus emblématique de ma carrière est arrivé: en 2002, j'étais au Japon, à disputer une finale de Coupe du monde avec le Brésil. Marquant deux buts contre l'Allemagne. Pour mon pays, c'était un cinquième titre ; pour moi, la consécration de mon retour. (…) Je suis sûr que vous aussi, quand vous regardez en arrière, vous vous souvenez de toutes ces fois où vous vous êtes relevés, de toutes vos batailles, et aussi des fois où vous avez réussi à rendre possible l'impossible, pour devenir ce que vous êtes aujourd'hui."

Et de conclure: "Restez motivés. Nous sommes ensemble et nous sortirons plus forts de tout ceci."

CC