RMC Sport

Angers: la mise au point de Moulin sur le départ de Reine-Adélaïde

Invité de l’After sur RMC ce samedi après la belle victoire d’Angers contre Metz (3-0), l’entraîneur angevin Stéphane Moulin est revenu sur le départ de son talentueux milieu de terrain Jeff Reine-Adélaïde à l’OL. Une signature tardive mais attendue par le technicien.

Tous les feux sont au vert à Angers. Ce samedi soir, en attendant la suite de la troisième journée de Ligue 1, le SCO occupe une belle quatrième place. Corrigée par l’OL (6-0), l’équipe de Stéphane Moulin a réagi de la plus belle des manières en dominant le FC Metz (3-0). Une réussite qui ferait presque oublier le départ de Jeff Reine-Adélaïde à Lyon. Une signature qui, selon certaines indiscrétions, aurait provoqué certains remous en interne. "Archi–faux" affirme l’entraîneur d’Angers qui a profité de son passage dans l’After, ce samedi soir, pour faire "un grand rectificatif."

"Je savais pertinemment que Jeff allait partir, j’étais au courant depuis très longtemps"

"Quand j’ai parlé d’un coach comme moi qui se sent comme un chien dans un jeu de quilles, c’est uniquement lié aux interventions externes. C’est ce mercato qui continue alors que le championnat a déjà repris, etc... Ce qui a été dit entre le président (Saïd Chabane), le coach et Olivier Pickeu (directeur sportif), c'est archi-faux!, insiste le technicien. Ça me dérange de le dire mais il faut remettre les choses en place."

"Quand on dit de telles choses, sur des relations humaines, il faut avoir des garanties, des certitudes. De l’extérieur, on aurait pu se dire: 'Qu’est-ce qui se passe à Angers?' Je savais pertinemment que Jeff allait partir, assure Stéphane Moulin. J’étais au courant depuis très longtemps. Evidemment, je ne l’ai pas dit. La seule chose qui m’a dérangé, ce n’est pas lié au président, ni à Olivier Pickeu, c’est que Jeff parte deux jours avant d’aller à Lyon. C’était nous retirer une force. Ça n’aurait pas changé le résultat, Lyon était bien plus fort que nous mais je n’ai pas aimé la manière dont ça s’est terminé."

AB avec l'After