RMC Sport

Arbitrage, pelouses, droits TV, qualité de jeu... le plan d'action de la LFP pour booster la L1

Directeur général de la Ligue professionnelle de football (LFP), Didier Quillot était l’invité de « Team Duga » sur l’antenne de RMC ce jeudi. Il détaille les différents projets de la Ligue pour renforcer l’attractivité de la Ligue 1.

La qualité du jeu

« On n’a pas encore commencé à travailler sur cette question de la qualité du jeu. Ce n’est pas seulement le problème de LFP. C’est le problème des coaches. De la stratégie sportive qu’ont les clubs. Il y moins de buts en France qu’en Angleterre ou en Allemagne. Il n’y a pas aujourd’hui dans les tuyaux des projets de bonus offensifs, comme au rugby par exemple. Pour l’instant, on travaille sur tout ce qui est autour du jeu. Il n’y a pas non plus de projet de Ligue fermée ou de système à une seule descente. Faire évoluer les mentalités, ça ne se décrète pas. »

A lire ici >> les tops et flops de Monaco-PSG : David Luiz, Sidibé, le jeu parisien…

L’arbitrage

« Je souhaite que les arbitres laissent vivre le jeu davantage comme ça s’est passé pendant l’Euro. Je l’ai dit au DTA des arbitres Pascal Garibian. On tient des stats, match par match pour voir le nombre de fautes sifflées. Croyez-moi, il est en diminution. Les arbitres laissent vivre davantage le jeu. Vous avez dû voir Monaco-PSG dimanche, Rémi Buquet a fait un arbitrage exceptionnel. La direction est prise. C’est plus qu’une piste. L’orientation est donnée. Le nombre de fautes sifflées est en diminution. »

A lire ici >> All Star Game et E-Sport bientôt au menu de la Ligue 1 ?

Les pelouses

« Comme l’arbitrage, c’est une orientation très claire. C’est la priorité des priorités. Aujourd’hui 14 clubs sur 20 en L1 ont une pelouse hybride renforcée. Quatre clubs ont changé leur pelouse à l’intersaison. Il y a des accidents. Ce fameux champignon qui a détruit la pelouse de Toulouse et de Bordeaux. On a créé le championnat des pelouses. On va récompenser financièrement les meilleurs. Je me demande si en effet il ne faudrait pas aussi parfois sanctionner les clubs. Pourquoi pas. Mais tous les clubs font des efforts. »

A lire ici >> Euro 2016 : c’est quoi le problème avec les pelouses ?

A lire ici >> le pythium, ce champignon qui brûle les pelouses

L’affluence

« C’est clair, les affluences après trois journées ne sont pas bonnes. On a lancé une campagne de com’ ‘j’aime mon club, je vais au stade’. On a investi en télévision. On a investi sur internet. Pour l’instant, les résultats ne sont pas là. Ça fait partie des priorités. On a fixé comme objectif de gagner un à deux pour cent par an. Aujourd’hui on est à 70%. Les Anglais et les Allemands sont à plus de 90%. »

Les caméras

« J’ai écrit à trois clubs au mois de juillet, Nice, Paris et Marseille. On a demandé de modifier l’emplacement des caméras et de les mettre sur les mêmes plateformes que celles de l’Euro. Il y a des exemples de ce qu’il faut faire, comme au Parc OL. On veut favoriser l’immersion du téléspectateur sur le terrain. La réalisation audiovisuelle fait partie du spectacle et des sources de revenus de la Ligue. »

Les droits TV

« On est sur la séquence 2016-2020. La prochaine c’est 2020-2024. On lance l’appel d’offre quand on veut. Il n’y a pas de projet de lancement d’appel d’offre à court terme. Pour une raison simple. On doit améliorer la qualité de notre produit, de notre jeu, de notre spectacle. Ce n’est pas dans les tuyaux. »

la rédaction