RMC Sport

Bakayoko: "Glik était pas mal en fin de soirée"

-

- - AFP

Milieu de terrain monégasque sacré champion de France, Tiémoué Bakayoko était l’invité de l’émission Manu & Coach sur RMC ce jeudi. Il s’est confié sur de nombreux sujets, à commencer par soirée de célébration du titre, marquée par les prestations de Benjamin Mendy et Kamil Glik.

La soirée de célébration du titre

"Ça s’est très bien passé. On a fait une petite fête tous ensemble. Il y avait tous les joueurs, tout le staff, on s’est fait un petit truc privatisé. Il y avait la famille, les proches, un peu de beau monde, quelques personnes extérieures à l’équipe. On s’est régalé."

Les plus gros fêtards

"En début de soirée Benjamin Mendy, en fin de soirée Kamil Glik. Il était pas mal en fin de soirée..."

A lire aussi >> L'énorme chambrage de Mendy sur Mbappé

Le bilan de la saison

"On a vécu quelque chose d’unique. Il y avait tellement d’osmose tout au long de la saison. Il y avait quelque chose de spécial. On se sentait invincibles. On entrait sur le terrain, on savait qu’on allait gagner, on était sûrs de notre force. Il y a le coaching, le sérieux qu’on a mis. Quand on se déplaçait, le parcage visiteur était plein. Monaco est un club très aimé dans la France entière."

A lire aussi >> Vasilyev prêt à refuser toutes les propositions pour Mbappé

La lutte avec Paris

"Ça valorise le titre. Quand tu arrives devant une équipe comme Paris, c’est autre chose. Le titre a une saveur différente. Tu vois tous les grands joueurs qui composent cette équipe. On n’a pas beaucoup de vécu dans les grandes compétitions. Finir devant eux, ça procure une sensation beaucoup plus forte."

La demie de Ligue des champions face à la Juventus

"Beaucoup de choses ont joué. Mendy avait ces douleurs musculaires, Sidibé n’était pas au meilleur de sa forme à cause de cette opération (de l'appendicite, ndlr) subie quelques semaines avant. On ne jouait pas dans les meilleures conditions. La Juve a fait deux très bons matches."

Ses axes de progression

"Je peux progresser un peu partout. Je peux aller plus vite dans mes prises de décision. Je peux être encore plus agressif, encore plus concentré pour éviter certaines erreurs que j’ai pu commettre cette saison."

Son duo avec Fabinho

"On a un peu le même style de jeu. On est capable de défendre, de se projeter. Il est un peu plus buteur que moi. Tout s’est fait naturellement. On se comprenait. Quand je sortais devant, il me couvrait. Et inversement. On était vraiment un binôme. Je réfléchissais en pensant: "Fabinho, où est-il ? Que dois-je faire quand il va là ?". On se trouvait les yeux fermés. On parle beaucoup des joueurs offensifs mais que ce soit nous les milieux ou la défense, on a fait quelque chose de pas mal."

La patte Leonardo Jardim

"Il rigole beaucoup. Il a réussi à créer cette ambiance un peu gamin, mais en étant professionnel avant tout quand même. On a réussi à faire quelque chose de bien, il en est à la base."

Sa non-sélection en Bleu

"Il y a un peu de déception. C’est logique. J’y ai été une fois, j’ai forcément envie d’y retourner. Je me dis que sportivement, je n’ai pas fait ce qu’il fallait pour être dans cette sélection. Il n’y a pas de raison que je n’y aille pas. Je suis confiant, j’y retournerai. J’entamerai la saison prochaine avec l’objectif Coupe du monde 2018."

En Ligue 1 la saison prochaine?

"Espérons. On verra…"

A lire aussi >> Mbappé raconte comment il a feinté Ruffier sur son but (limite hors-jeu)

Manu et Coach