RMC Sport

Bordeaux-Metz: les Grenats entrevoient l'Europe, les Girondins s'enfoncent

Le FC Metz est 5e, en position de se qualifier pour la Ligue Europa, grâce à sa victoire in extremis à Bordeaux (2-1), qui n'en finit plus de décevoir.

Bordeaux est définitivement plongé dans le doute. Dans un nouveau schéma de jeu en 3-5-2 face à Metz, et sans Hatem Ben Arfa, symbole des crispations au sein du vestiaire, au coup d’envoi, les Girondins ont marqué. Ce qui ne leur était plus arrivé depuis 318 minutes. Mais ils ont surtout perdu à domicile, encore, Metz étant parvenu à l’emporter (2-1) à l’issue d’une seconde période bien plus aboutie que la première, qui fut girondine. Samuel Kalu, remplaçant au pied levé de Ben Arfa, a pourtant montré la voie à ses partenaires, en ouvrant le score au terme d’un premier quart d’heure offensif. Le Nigérian a même été très proche du doublé (63e).

Kalu a raté une occasion en or de donner une avance plus confortable à son équipe. Ce qu’il aurait dû faire sans un énorme raté de sa part, sur un superbe centre de Rémi Oudin, depuis le côté gauche. Gêné par le tacle raté de Thomas Delaine devant lui, le Nigérian a manqué sa reprise de l’intérieur du pied droit. Un geste largement à sa portée dans cette position, même si tout est allé très vite sur ce contre supersonique. Ce fut le tournant du match, alors que le maigre avantage des Bordelais, qui étaient déjà dans le dur à cet instant de la rencontre, ne tenaient qu’à un fil. Ou plus exactement aux multiples arrêts d’un Benoît Costil vigilant (51e, 56e).

Un seul tir cadré pour Bordeaux

La troisième grosse occasion de la seconde période fut la bonne pour le FC Metz et Thomas Delaine (72e), contrarié par le gardien bordelais à deux reprises, notamment sur une splendide claquette main droite pour empêcher la bicyclette du défenseur de faire mouche (51e). Sur une belle dynamique dans cette partie qui aura largement tourné à leur avantage au retour des vestiaires, les Grenats ont continué à pousser. Les changements de joueurs et de système opérés par Jean-Louis Gasset, avec l’entrée de Ben Arfa - ou plutôt son fantôme -, qu’on a vu errer sur la pelouse, n’ont pas permis au collectif bordelais d’afficher davantage de maîtrise, ni d’allant offensif (8 tirs au total, 1 seul cadré dans ce match).

Ce fut tout le contraire pour des Messins transfigurés au retour des vestiaires. Méconnaissables en première période, les joueurs de Frédéric Antonetti ont tout fait pour aller chercher la victoire après l’égalisation. Pas loin d’offrir un succès mérité aux Messins sur une tête plongeante venue raser le poteau gauche bordelais, Vagner a finalement puni Bordeaux dans le temps additionnel (90e+1). Grâce à cette deuxième victoire d'affilée à l'extérieur, Metz est provisoirement 5e et européen. Bordeaux, de son côté, sombre un peu plus dans la crise, avec une cinquième défaite en six matches, plus un nul, et une élimination en Coupe de France contre un club de L2, Toulouse (2-0).

QM