RMC Sport

Bordeaux-OM : un triste nul qui n’arrange personne

Rejoint par les Girondins (1-1) après avoir mené au score ce dimanche soir, l’OM n’a pas réussi à ramener sa première victoire de Bordeaux depuis 1977. Un résultat qui empêche surtout les hommes de Michel de basculer pour de bon dans la première moitié de tableau. Et qui laisse les joueurs de Willy Sagnol, toujours en danger, pas loin de la zone rouge.

Le trait d’humour est facile mais on ne résiste pas. Avez-vous vu Michel, l’entraîneur de l’OM, faire « mumuse » à deux reprises avec le cuir sur le bord de la touche ce dimanche soir ? Si ce n’est pas le cas, vous avez peut-être bien raté… les deux plus beaux gestes techniques de la rencontre entre Bordeaux et Marseille. Parfois intense (c'était tout de même rare) mais très faible techniquement, avec un maximum de déchet des deux côtés, ce classique qui n'avait rien d'un ''choc'' a accouché d’un triste match nul – hormis quelques minutes en début de seconde période – qui n’arrange personne.

Pour sa première au Matmut Atlantique, qui affichait complet pour l’occasion, le club phocéen n’a toujours pas brisé sa série noire en Gironde, où il n’a plus gagné depuis octobre 1977. Soit l’année de sortie du… premier Star Wars ! Il a par contre mis un terme à une autre série bien plus positive, celle de ses victoires à l’extérieur. Marseille restait sur six succès loin de ses bases. La septième marche aura été de trop malgré l’ouverture du score de Romao (56e, égalisation de Khazri dans la minute suivante). Au-delà des deux anecdotes, la performance marseillaise résume surtout une première partie de championnat terminée à une dixième place pas imméritée.

Marseille 26 points derrière le PSG, Bordeaux à quatre longueurs du premier relégable

Une défense parfois très perméable, un milieu bien tenu par le patron Lassana Diarra (moins en vue ce dimanche, il est vrai) mais en manque d’imagination, une attaque pas assez efficace et au sein de laquelle le meilleur buteur des troupes, Michy Batshuayi, la joue trop souvent perso pour permettre aux autres de s’épanouir. Même s’il va mieux qu’en début de saison, l’OM n’a toujours pas les armes pour revenir vers le podium. Si Lyon n’est qu’à une longueur devant, Lille, le Gazélec et Nantes ne sont qu’à un point. A mi-saison, le constat n’est pas anodin pour un club qui compte… 26 points de retard sur son vieux rival parisien à la trêve.

Il est encore plus terrible pour les Girondins, qui ont pourtant failli l’emporter sur un tir de Diego Rolan détourné par la barre de Steve Mandanda dans le temps additionnel. Avec seulement deux victoires (contre Monaco et Guingamp) en Ligue 1 sur les mois de novembre et décembre, les Bordelais confirment à chaque sortie leurs difficultés du moment. Accrochée au-dessus du banc de Willy Sagnol depuis quelques semaines, l’épée de Damoclès pourrait bien finir par tomber. Au terme des matches aller, ses joueurs s’affichent au 14e rang, 23 points au compteur. Le premier relégable, Guingamp, n’est qu’à quatre longueurs. Habitué à la première moitié de tableau, Bordeaux va plutôt devoir regarder derrière s’il veut s’éviter une fin de saison insoutenable.

A lire sur le même sujet :

>> Bordeaux-OM : deux questions pour un "choc"

>> OM : Barrada vraiment pas fan de Bielsa

>> OM : Michel recadre Mendy, son "3e fils"

Cabella touché aux adducteurs

Le milieu de terrain marseillais s’est présenté grimaçant face à la presse après le nul décroché à Bordeaux (1-1). Pas tant par le résultat, mais parce qu’il a été touché aux adducteurs. « Ça faisait un moment, ça a tiré, regrettait Rémy Cabella. Je vais bien me reposer et reprendre seul avec le docteur. Je suis suspendu en match de Coupe (de France contre Caen), donc ma reprise va être un peu plus allongée sur le plan personnel, physiquement et par précaution. » V. D.

Alexandre Herbinet