RMC Sport

Bordeaux-PSG: grâce à Areola, Paris poursuit sa quête

Malmené sur la pelouse de Bordeaux, le PSG s'en est sorti avec une victoire poussive (1-0) qui doit beaucoup à Alphone Areola, impressionnant sur sa ligne, et Lo Celso, unique buteur du match. Malgré plus de 20 tirs subis, les Parisiens restent dans les temps pour rafler les records.

Le cœur n'y était pas vraiment

Une semaine après avoir écrasé Monaco pour valider son titre de champion (7-1), c'est un PSG méconnaissable qui s'est déplacé sur la pelouse de Bordeaux ce dimanche, et qui peut dire merci à Areola pour cette victoire loin d'être méritée (1-0). Paris a beau chasser quelques records pour finir en beauté, le cœur ne semble pas y être, à part du côté du portier, indiscutable homme du match chez les Parisiens. Dominés dans le combat et sans idée devant (2 tirs cadrés), les hommes d'Unai Emery ont plié sans rompre malgré 22 tirs de subis, et s'en sortent avec un tout petit succès, sorti des gants d'Areola et du pied de Lo Celso au plus fort de la domination bordelaise.

Areola écœure Bordeaux

Huit arrêts sur un même match, il n'avait jamais fait autant dans sa carrière en Ligue 1. Alphonse Areola a sorti le très grand jeu face à des Bordelais visiblement déterminés à ne pas tendre l'autre joue après le 6-2 de l'aller. Et c'est sur l'action qui a suivi la plus belle de ses parades, à bout portant sur une tête de Pablo, que Lo Celso a douché les Girondins. L'Argentin, lui aussi très bon malgré des partenaires dans le dur, a repris en force un corner repoussé plein axe, transperçant Costil, masqué. Jusqu'à la dernière seconde, et un ultime tir venu souffler à droite du but d'Areola après un sauvetage de Berchiche, Bordeaux a cru accrocher le géant, mais a finalement dû se contenter d'une défaite avec les honneurs.

Paris se rapproche des records, les Girondins s'éloignent de l'Europe

Avec les victoires de Saint-Etienne et Nice, Bordeaux n'avait pas le droit à l'erreur pour garder un mince espoir européen. Les six points de retard sur la sixième place semblent les condamner définitivement à une place anonyme, tandis que Paris, sans briller, peut toujours espérer rafler les records en pagaille. Celui du nombre de buts sur la saison a pris du plomb dans l'aile mais avec déjà 90 points atteints après 34 journées, la barre des cent reste à portée. A défaut de briller, Paris est toujours dans les temps.

A.T.