RMC Sport

Bordeaux : Triaud a rencontré les supporters

Jean-Louis Triaud, le président des Girondins de Bordeaux

Jean-Louis Triaud, le président des Girondins de Bordeaux - AFP

Le président des Girondins Jean-Louis Triaud et son directeur général Alain Deveseleer ont rencontré des supporters bordelais, ce jeudi. Une entrevue de quatre heures "particulièrement tendue" selon les Ultramarines, au cours de laquelle plusieurs points ont été abordés.

Quatre heures de réunion. Une discussion "particulièrement tendue" selon les Ultramarines. Jean-Louis Triaud, le président de Bordeaux, et Alain Deveseleer, directeur général, ont rencontré ce jeudi au Haillan trois leaders de ce groupe de supporters des Girondins. Avec au cœur du débat, la 17e place en Ligue 1 et la position, fragilisée mais encore soutenue par ses dirigeants, de Willy Sagnol. Jusqu’à présent, les supporters avaient toujours protégé l’entraîneur bordelais.

Mais les Ultramarines attendent désormais qu’il prenne sept points d’ici la trêve hivernale. "Condition sine qua non au fait qu’il dirige l’équipe jusqu’au terme de la saison", relatent-ils dans un communiqué. Un impératif que le club ne veut pas confirmer. "Nous ne voulons communiquer là-dessus, avance-t-on chez les Girondins. Et nous n’allons pas commencer à commenter les communiqués des supporters."

Pas de directeur sportif, mais un "investissement massif"

Ces sept points, à obtenir contre Guingamp (6 décembre), à Angers (13 décembre) et contre l’OM (20 décembre), pourraient quand même être les bienvenus pour Willy Sagnol. "Il y a une urgence de points, une urgence de résultats", reconnaît l’ancien joueur du Bayern Munich. Dans leur communiqué, les Ultramarines assurent d’ailleurs que "la direction du club s’est engagée à faire le nécessaire [quant à] la mise à l’épreuve de l’entraîneur ".

Au-delà de l’attitude générale des joueurs ("une génération Knysna, en somme" selon les Ultramarines), le point épineux du mercato a aussi été abordé. Les supporters souhaitent au moins un joueur par ligne et surtout… un directeur sportif. Une requête qui n’a visiblement pas été reçue par la direction des Girondins. A l’inverse, un "investissement massif" et "un changement de politique" de recrutement sont des demandes qui semblent avoir été entendues. Réponse en janvier.

Vincent Delzescaux, à Bordeaux