RMC Sport

Boudjellal: "Eyraud est bien plus fort que moi pour déstabiliser l'OM"

Mourad Boudjellal est revenu, dans une interview à beIN Sports ce jeudi, sur la tentative de rachat de l'OM par Mohamed Ajroudi l'été dernier. Et en a profité pour adresser un nouveau tacle à l'ex-président marseillais Jacques-Henri Eyraud.

C'est finalement à Hyères, pensionnaire de National 2, qu'il a posé ses valises, et démarré un nouveau projet avec Nicolas Anelka en directeur sportif. Mais avant de reprendre le modeste club varois, Mourad Boudjellal a tenté l'été dernier de prendre le contrôle de l'OM, en s'associant à l'homme d'affaires Mohamed Ayachi Ajroudi. Un épisode sur lequel il est revenu ce jeudi dans une interview à beIN Sports.

"Monsieur Ajroudi avait réuni des fonds pour acheter l’OM, et on était persuadés que Frank McCourt voulait vendre, raconte-t-il. Bon, on s’est trompés, il ne voulait pas vendre, et je crois qu’il l’a encore démontré il n’y a pas si longtemps. Moi, personnellement je n’ai jamais voulu racheter l’OM. Il aurait fallu que je casse mon PEL, et ça n’aurait même pas suffi. Mais Ajroudi en avait largement les moyens, oui."

"Jacques-Henri, tu n’as pas besoin de moi"

Reste que la manoeuvre n'a débouché sur rien, si ce n'est sur un certain tapage médiatique. Qui avait particulièrement agacé Jacques-Henri Eyraud. Dans un entretien à So Foot il y a quelques semaines, le désormais ex-président de l'OM a qualifié le duo Ajroudi-Boudjellal de "pieds nickelés", et confirmé avoir attaqué les deux compères: "Ils s'expliqueront devant un tribunal".

Des déclarations qui font plutôt sourire l'ancien patron du RCT. "Je crois qu’il a mal vécu cette période où il avait l’impression qu’on voulait lui prendre sa place, répond-il. Moi je n’étais pas dans le secret des négociations, mais s’il y avait une offre à faire, ce n’était pas à Eyraud, parce qu’il n’est pas propriétaire de l’OM. Il se prend peut-être pour un autre, peut-être qu’il en a rêvé, mais ce n’était pas le cas. C’était entre McCourt et Ajroudi. L’offre, il ne l’a peut-être pas reçue, mais il fallait qu’il lise les médias, puisqu’elle a été publiée dans la presse, elle était très claire."

Et de chausser les crampons: "Pour le reste oui, il a fait une procédure disant que j’ai cherché à déstabiliser l’OM, poursuit Boudjellal. Alors qu’il est bien plus fort que moi pour cela. Il suffit de lire ses dernières déclarations, il n’a pas besoin de moi. S’il veut, je peux l’aider, mais sincèrement, Jacques-Henri, tu n’as pas besoin de moi. Tout seul, tu y arrives très bien..."

C.C.