RMC Sport

OM: Eyraud estime avoir été "peut-être victime d'un délit de faciès"

Evincé de son poste de président de l'OM et mis au placard par son actionnaire Frank McCourt, Jacques-Henri Eyraud avait au préalable répondu à une dernière interview pour So Foot. L'ex-patron marseillais semble avoir bien du mal à digérer son traitement à la tête du club.

Difficile d'être un Eyraud. Devenu ennemi public numéro 1 à Marseille, Jacques-Henri Eyraud a fait les frais de ses relations tumultueuses avec les supporters de l'OM, ainsi que des résultats sportifs insuffisants du club neuf fois champion de France. Remplacé par son directeur sportif Pablo Longoria à la tête de l'institution olympienne, et envoyé au conseil de surveillance du club, Jacques-Henri Eyraud avait accordé une dernière interview à So Foot, à paraître vendredi, avant la décision choc de Frank McCourt.

"Ça ne pouvait pas coller, car je ne disais pas « J’m’en bats les couilles »"

Critiqué de toutes parts, JHE a du mal à digérer la fin de sa présidence et estime avoir subi une forme de discrimination régionale. "Peut-être que j’ai été victime d’un délit de faciès, lance l'ancien dirigeant marseillais. Stéphane Tapie (fils de l'ancien président de l'OM, Bernard Tapie, ndlr) m’a dit récemment qu’avec moi, ça ne pouvait pas coller, car je ne disais pas « J’m’en bats les couilles ». Je pensais que l’on aurait un débat un peu plus élevé."

Loin d'en démorde, lui qui a notamment été largement tancé pour ses choix sportifs qui se sont révélés être, pour certains, de cuisants échecs, Jacques-Henri Eyraud ne s'est pas débiné. "Une équipe avec onze Kevin Strootman, c’est une équipe qui gagne beaucoup de matchs, croyez-moi", a lâché l'ancien présiednt de l'OM.

Pour rappel, l'international hollandais, actuellement prêté au Genoa, était arrivé à Marseille contre 25 millions d'euros - deuxième plus gros transfert de l'OM derrière les 29,3 millions de Dimitri Payet - et un énorme salaire à la clé. Il est perçu pour beaucoup comme l'un des plus gros échecs sportifs de l'histoire du club.

Romain Daveau Journaliste RMC Sport