RMC Sport

Caen-PSG : un record et un régal pour finir l’année

Victorieux sans trembler ce samedi à Caen (3-0), un match illuminé par la classe d’un Angel Di Maria auteur d’un doublé et par le sublime 15e but en championnat de Zlatan Ibrahimovic, le PSG termine la phase aller avec 51 points au compteur. Un de plus que le record de Lyon en 2006-2007.

Question du jour. Avec leur total de 51 points à la trêve, à quelle place auraient terminé les Parisiens à l’issue de la saison dernière ? La neuvième ! Machine implacable à terrasser la concurrence, le PSG continue de marcher sur la Ligue 1 comme un souverain sans rival. Sérieux et concentré, le Paris version 2015-2016 a depuis longtemps annihilé l’espoir du reste de l’Hexagone. Et son talent XXL lui permet de rafraîchir quelques records. Large vainqueur ce samedi à Caen (3-0) grâce à un doublé plein de classe d’Angel Di Maria et un sublime but de Zlatan Ibrahimovic, le club de la capitale en profite pour terminer la phase aller avec 51 unités au compteur. Une de plus que le Lyon de 2006-2007, jusque-là recordman du genre. Ça, c’est fait. Mais il en reste à aller chercher.

Lancés sur une base inédite, les hommes de Laurent Blanc ont tout pour dépoussiérer tout ce que notre championnat compte de records d’excellence. Le total de points en fin d’exercice ? Il est déjà détenu par Paris avec 89 à l’issue de la saison 2013-2014. Sur la base actuelle, le PSG pourrait finir à 102. Il y aussi a le record d’invincibilité de FC Nantes 1994-95, battu seulement à la 33e journée pour une seule défaite sur la saison (autre record). Ces deux-là sont aussi dans les cordes parisiennes alors que le PSG reste actuellement sur une série de 28 matches sans défaite en championnat. On n’oublie pas le plus grand nombre de victoires (27 pour le PSG 2013-2014 contre déjà 16 cette saison) ou le plus petit nombre de buts encaissés (21 pour l’OM 1991-92 contre 9 au PSG actuel) sur un exercice.

15 buts à la trêve pour Zlatan

Celui du plus grand nombre de buts marqués, les 118 du RC Paris 1959-60, sera plus difficile à accrocher pour des Parisiens qui culminent à 48 réalisations à la trêve. La meilleure différence de buts ? Elle est de +63 pour le Reims 1959-60 et déjà de +39 pour ce PSG. La plus grande différence de points finale avec un dauphin ? 17 points d’avance pour le Lyon 2005-2006. Soit l’écart minimum que détiendra Paris sur la concurrence à l’issue de la phase aller. Champion le plus précoce avec un sacre à la 33e journée, le Lyon 2006-2007 pourrait une nouvelle fois être dépassé alors que les projections actuelles donnent un PSG titré à la... 29e journée ! Bref, l’ogre parisien a de l’appétit et de quoi manger devant lui. Pour finir de se rassasier, il pourra compter sur ses nombreux joueurs de grand talent.

A Caen, où Marco Verratti a rappelé pourquoi il était si important, ils sont deux à avoir fait la différence : Di Maria et Zlatan. Un joli clin d’œil. Le premier, parfois critiqué lors de ses premières semaines, affiche 6 buts et 9 passes décisives en championnat et a encore gratifié l’assistance d’une performance de premier choix. A ce niveau-là, l’Argentin illumine le jeu comme peu d’autres. Essentiel pour la suite sur la scène européenne. Le second, que certains voulaient voir sur le banc en début de saison, reste plus que jamais le meilleur buteur de la L1 avec désormais 15 réalisations. Sur les bases de ses 30 buts de l’exercice 2012-2013, son premier dans la capitale. Et avec un dernier coup de canon en cadeau de Noël pour les supporters parisiens. Le PSG peut pour l’instant compter sur ses stars. Mais il en aura surtout besoin à l’heure de retrouver la Ligue des champions et ce Chelsea qui ne le quitte plus. Seront-elles au rendez-vous ? La saveur de la fin de saison parisienne dépendra de cette réponse.

A lire sur le même sujet :

>> Caen-PSG : les notes

>> PSG-Saint-Etienne : service minimum pour Paris

>> PSG - Blanc ne se "sent pas au bout du projet"

Alexandre Herbinet