RMC Sport

Cavani, Hilton, Pionnier : les tops et flops de PSG-Montpellier

Emprunté offensivement, le PSG a été tenu en échec par Montpellier, ce samedi après-midi au Parc (0-0). Le club de la capitale, qui alignait une équipe bis, avait déjà basculé dans son 8e de finale retour de Ligue des champions contre Chelsea mais a buté, aussi, sur une vaillante équipe de Montpellier.

TOPS

Hilton

A 38 ans, Vitorino Hilton a encore de beaux restes. Certes, Paris n’a jamais semblé non plus vouloir passer la seconde sur sa pelouse du Parc. Mais le défenseur brésilien a aussi contribué au petit match de la part des attaquants du PSG. Son sens de l’anticipation et du placement lui ont permis de ne jamais être très loin quand il fallait éteindre un feu dans le camp héraultais. Sorti sur blessure après un choc avec Ibrahimovic (77e).

Pionnier

Dès ses premières prises de balle, notamment dans les airs, il a donné le ton. Laurent Pionnier était motivé face au PSG. Cela s’est vu à la vitesse à laquelle il a jailli au-devant de Cavani sur la deuxième grosse occasion du Parisien (6e). Bien placé sur une frappe de Di Maria (21e), il s’est parfaitement détendu sur un coup franc de l’Argentin (30e) avant de sortir à-propos devant l’ancien Madrilène (35e). Son arrêt sur sa ligne sur une ultime frappe d’Ibrahimovic (90e+2), avant sa sortie des deux poings quelques secondes plus tard pour écarter un ballon chaud, symbolisent le match décisif qu’il a livré sur la pelouse du Parc.

Di Maria

On a longtemps hésité avant de le ranger dans sa catégorie. C’est certainement son retour à la compétition et le fait qu’il ait été en jambes pendant une bonne heure qui ont fini par nous convaincre. Di Maria avait du jus et de l’envie et a contribué, avant les entrées en jeu d’Ibrahimovic et de Pastore, à donner un peu d’animation à un PSG ronronnant et sans idées. Mais cette prestation pleine d’enthousiasme est à nuancer, notamment en raison d’un trop grand déchet dans le dernier geste, que ce soit sur une passe ou une frappe. Auteur d’un joli coup franc direct repoussé par Pionnier (30e).

FLOPS

Nkunku

Laurent Blanc lui avait concocté une jolie surprise en lui offrant une première titularisation en Ligue 1. Mais le jeune milieu de terrain de 18 ans, qui avait goûté avec audace les quelques minutes données en Ligue des champions contre le Shakhtar Donetsk (2-0), a eu du mal à se libérer. Crispé, tendu, il n’a fait aucune différence balle au pied, ni apporté de créativité dans le jeu. Une première, très, très timide.

Stambouli

On ne lui reprochera pas son implication défensive, plutôt bonne d’ailleurs, qui lui a permis d’aller chercher plusieurs ballons dans les pieds adverses. L’ennui, c’est que Benjamin Stambouli en a presque perdus autant (6) qu’il en a gagnés (10). Sa volonté d’aller toujours de l’avant est louable mais il n’a pas le bagage technique nécessaire pour le faire. Un match quelconque, sans valeur ajoutée, avec des pertes de balle qui auraient pu être mieux exploitées par les Montpelliérains. Aurait pu bénéficier d’un penalty, tout de même, sur une charge litigieuse de Boudebouz dans la surface (58e).

Cavani

A quatre jours du choc retour contre Chelsea, l’international uruguayen aurait pu faire le plein de confiance. Et de buts, aussi, lors d’un match où il a multiplié les occasions de marquer. C’est d’ailleurs le point positif du match d’Edinson Cavani. Oui, l’ancien Napolitain a eu et s’est créé des occasions nettes. Non, il n’en a converties aucune, touchant la barre d’abord (3e), avant de buter sur Pionnier (6e).