RMC Sport

Coulé en première période, Saint-Étienne tombe À Brest et se met en danger

Malgré une remontée en deuxième période, Saint-Étienne a payé cash ses erreurs défensives à Brest (3-2) ce dimanche, lors de la 25e journée de Ligue 1. Avec huit défaites sur leurs neuf derniers matchs en championnat, les Verts n'avancent plus.

Plombés par une première moitié de match catastrophique, Saint-Étienne s'est logiquement incliné (3-2) à Brest ce dimanche, dans le cadre de la 25e journée de Ligue 1. Apathiques en défense, les joueurs de Claude Puel ont laissé trop d'opportunités à des Bretons séduisants, avant d'entamer une remontée courageuse mais trop tardive. À deux points seulement du premier relégable, ils continuent leur série noire: huit défaites sur les neuf dernières journées de Ligue 1.

Les Verts se sont eux-même sabordés le match en première période, en rendant une copie cauchemardesque. Leurs nombreuses largesses défensives ont été parfaitement exploitées par des Brestois entreprenants et auteurs de jolies combinaisons. La plus belle d'entre elles, à la 20e minute, a d'ailleurs abouti sur l'ouverture du score de Lasne, après un beau centre de Grandsir. 

La défense stéphanoise a pris l'eau

A débuté une opération portes ouvertes dans la défense stéphanoise. Après un quart-d'heure d'assauts répétés, les Bretons ont fini par doubler la mise, par l'intermédiaire de leur attaquant de pointe Gaëtan Charbonnier. Cinq minutes plus tard, c'est Cardona, dans un angle compliqué, qui a inscrit le but du 3-0. Les hommes de Claude Puel auraient même pu rentrer aux vestiaires avec une addition encore plus salée, si Charbonnier n'avait pas trouvé la transversale juste avant la mi-temps.

Revenu des vestiaires survoltés, les Stéphanois ont alors repris les choses en main, sous l'impulsion d'un Denis Bouanga très volontaire. En l'espace de dix minutes, le Gabonais a réveillé son équipe en poussant par deux fois le ballon au fond des filets brestois. Son premier but a été logiquement refusé pour hors-jeu, mais le second, un penalty, a lui été validé par l'arbitre.

Le remaniement presque payant de Puel

Requinqué, l'ASSE a alors poussé jusqu'à la fin du match. D'une belle frappe au ras du poteau, Loïs Diony, rentré à la mi-temps, a réduit l'écart à la 69e. De leur propre aveu trop relâchés et gênés par le remaniement tactique de Puel, les Brestois se sont fait peur mais ont fini par valider une victoire méritée. 

Au classement, Saint-Étienne continue son dangereux rapproché avec la zone rouge. Actuellement 16es du championnat, ils ne possèdent que deux points d'avance sur Dijon, le barragiste. Ils se laissent surtout distancer par un concurrent direct pour le maintien: avec cette victoire, Brest pointe à la 13e place.

CP