RMC Sport

Crise des droits TV: bataille juridique entre la Ligue et Canal+

La Ligue de football professionnel (LFP) a convoqué ce jeudi un conseil d'administration afin d'acter une position sur la très épineuse question des droits TV. Ce dernier a ouvert la porte à un nouvel appel d'offres, mais la Ligue considère que Canal+ ne peut rendre les droits des deux matchs qu'il diffuse actuellement.

Jeudi de crise à la Ligue de football professionnel (LFP). Après l’interview du président de Canal+ Maxime Saada au Figaro, qui a fait grand bruit, la Ligue avait convoqué ce jeudi après-midi un conseil d’administration, afin d’acter une position sur la très épineuse question des droits TV.

La grande majorité des membres du CA ont été très surpris du jusqu’au-boutisme de la chaîne cryptée, et la sortie de Maxime Saada a provoqué la colère de plusieurs présidents de clubs.

OK pour un appel d'offres accéléré... sur le principe

Selon nos informations, le conseil d’administration de la LFP a acté le principe de lancer, si besoin, un appel d’offres en mode accéléré, qui prendrait 10-12 jours, avec une période de réflexion de 10 jours pour les candidats aux lots remis sur le marché.

Mais pour l’instant, c’est un bras de fer juridique qui se tient entre la Ligue et Canal. Pour la LFP, Canal ne peut pas rendre les droits - la chaîne diffuse aujourd'hui deux rencontres par journée - que lui sous-licencie BeIN Sports. Sauf que Canal+ rétorque que la chose est possible. Une bataille d’avocats est actuellement en cours pour résoudre cette question.

La position de BeIN n'est pas encore connue

Dans ce dossier brûlant, la position de BeIN Sports est importante. Mais Nasser Al-Khelaïfi, patron de BeIN et président du PSG, n’était pas présent à ce conseil d'administration. Reste donc encore à connaître le point de vue de la chaîne qatarie concernant la diffusion des deux matchs du lot 3, qu’elle avait sous-licenciée à Canal+ pour 330 millions d'euros.

Mardi, dans les colonnes du Figaro, Maxime Saada avait refroidi tous les acteurs voyant Canal+ comme le sauveur des clubs professionnels français, après la défection de Mediapro. Selon son président, non seulement la chaîne ne veut pas racheter en l’état les matchs de Mediapro, mais elle veut elle-même rendre ses droits qu’elle juge surpayés dès le 5 février, pour procéder à un nouvel appel d’offres.

LB et AP