RMC Sport

Crise des droits TV: Macron plaide pour un "modèle beaucoup plus diversifié"

Dans un entretien exclusif accordé à BFMTV et RMC, de Clairefontaine à la veille de l'Euro (11 juin-11 juillet), Emmanuel Macron s'est exprimé jeudi sur l'épineux dossier des droits TV de la Ligue 1. Le chef de l'État estime que le football français professionnel doit changer de modèle, pour ne plus dépendre autant des diffuseurs et du mercato.

"Je veux que le monde du football se relève de cette affaire", a déclaré Emmanuel Macron à propos de l'affaire de la crise des droits TV du football français professionnel. En interview exclusive pour BFMTV et RMC, jeudi à Clairefontaine, à la veille du début de l'Euro pour lequel l'équipe de France entre en lice le 15 juin, le chef de l'État a estimé qu'il était temps pour les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 de trouver un autre modèle économique, afin de ne plus dépendre autant des diffuseurs et des recettes du marché des transferts.

"On a un vrai sujet: quel est le modèle d'affaires du football pour les prochaines années? Je pense qu'un modèle qui ne repose que sur les droits TV et la vente très chère des joueurs, ça ne tient plus. Ce n'est bon pour personne. On a trop de clubs qui vendent dès qu'ils ont un bon joueur, pour en tirer le maximum. Ce qui n'est parfois pas très bon pour le joueur, décevant pour les supporters et pas bon pour eux. Il faut qu'on arrive à trouver un modèle beaucoup plus robuste, beaucoup plus diversifié", a soutenu le président de la République, qui a aussi exprimé le souhait de voir la "politique de formation" des joueurs être "renforcée et consolidée".

"Le contrat signé avec Mediapro était une erreur"

Pour atteindre ces objectifs, et régler le dossier des droits TV, Emmanuel Macron compte sur la Fédération française de football (FFF) et la Ligue de football professionnel (LFP). "Je ne suis jamais intervenu directement. Je pense que ce n'est pas mon rôle. (...) Mon rôle est d'être toujours derrière la fédération française et l'ensemble des clubs, d'une part, et puis d'être derrière la Ligue. (...) Je souhaite qu'il puisse y avoir une sortie par le haut, avec des chiffres viables pour tout le monde et un modèle qui avance".

L'interview a aussi été l'occasion pour le Président de rappeler, selon lui, que "le contrat signé avec Mediapro était une erreur" et que les "montants étaient décorrélés d'une réalité". Et d'ajouter: "Les connaissances réciproques, l'un à l'égard du football, et le football français à l'égard de l'investisseur, étaient insuffisantes. Donc je pense que c'était une aventure, dans le mauvais sens du terme".

Julien Absalon avec Mohamed Bouhafsi et Jean-Louis Tourre