RMC Sport

Equipe de France: Macron défend la chanson de Youssoupha

Dans un entretien accordé à BFMTV, le président de la République Emmanuel Macron est revenu sur la polémique suscitée par la chanson du rappeur Youssoupha pour l’équipe de France et appelle à l'unité à quelques heures du début de l'Euro.

La chanson qui a accompagné la liste de l’équipe de France pour l'Euro n’en finit plus de faire parler. Après le monde politique ou le président de la FFF, Noël Le Graët, ce sont les plus hautes sphères de l’Etat qui réagissent à la polémique. Emmanuel Macron a défendu à son tour Youssoupha, estimant que "personne n’a à utiliser le sport ou le football pour faire passer des messages politiques de division".

"J'ai envie que les gens qui ont fait des erreurs les corrigent"

"Qu’un chanteur soit fier de porter l’équipe de France et les valeurs qui vont avec, aussi d’évoluer lui-même et se rendre compte que ce qu’il a fait était des erreurs, explique le président de la République au micro de BFMTV. J’ai envie que les gens qui ont fait des erreurs les corrigent."

Le choix du rappeur pour présenter la liste des Bleus avait été critiqué, notamment en raison du passif du chanteur d’origine zaïroise. "Ce qui nous lie est plus fort que nous, y compris chez des femmes et des hommes issus de l’immigration. Ils ont décidé de rejoindre une nation et ses valeurs, ajoute-t-il. C’est ça qui nous rend fort".

"Quels que soient les prénoms et les noms, (...) c'est notre visage, c'est notre fierté"

Au sujet des Bleus, Emmanuel Macron explique qu'ils doivent être un vecteur d’unité: "Je me réjouis que l’équipe de France fasse partie de ces aventures collectives qui nous permettent d’avancer et de montrer que, diable, ils portent le maillot, il ont ces deux étoiles, ils portent ce coq français".

"Ce coq est gaulois et quels que soient les prénoms et les noms, ces jeunes gens se sont aujourd’hui des hommes, conclu le président français. Ils portent et représentent la France, c’est notre visage, c’est notre fierté. Que tous ceux qui ne les aiment pas considèrent qu’ils n’aiment pas une part de la France".

JAu