RMC Sport

Daniel Riolo: "PSG-OM, un Classique affligeant…"

Retour sur le terrible PSG-OM de la 3e journée de Ligue1…

C’était la première grosse affiche du nouveau diffuseur. Celui qui a claqué le milliard. C’était aussi le premier match du nouveau patron de la LFP.

Le néant proposé par les deux équipes les plus populaires de notre championnat est comme un symbole. Oui Mediapro s’est fait "enfler" et non le nouveau boss du foot français ne changera rien. Soyez en sûrs, notre L1 coule chaque jour un peu plus. Je n’aurais jamais eu l’indécence de demander une telle publicité pour mon dernier livre "Cher Football Français".

L’OM a donc gagné et ses supporters, après 9 ans de disette, ne vont principalement retenir que ça. Mais par pitié qu’on ne vienne pas me parler de coup tactique. En jouant comme l’aurait fait Dijon au Parc, l’OM avait 90% de chances de perdre. Il restait peu de place pour la victoire. Un contre et plus surement un coup de pied arrêté. C’est ce qu’il s’est passé. Quand on opte pour ce football, il faut bien défendre avoir un bon gardien (Mandanda est l’homme du match) et espérer aussi que l’adversaire ne soit pas efficace. Il y a eu un cocktail de tout ça au Parc des Princes. Le PSG a même ajouté un élément supplémentaire : La bêtise.

>> Retrouvez tous les éditos de Daniel Riolo

En affichant une prestation d’une stupidité sans nom, le PSG a offert un court succès à son rival. Comment? D’abord en prenant le match à l’envers. Pas prêts physiquement à disputer un match de niveau professionnel, le PSG a dans un premier temps voulu régler ses comptes avec l’OM. Comme des racailles imbéciles, les Parisiens ont voulu punir les Marseillais: "Vous nous avez chambré, on va vous taper." Mentalité stupide. Mais qui a décidé ça? Le club? Le coach? Les joueurs? Neymar? Qui décide de quoi dans ce club?

Paris a terminé avec trois cartons rouges, c’était ça la tactique?

Tuchel, lui, a abandonné la tactique depuis longtemps. Comprendre comment joue le PSG devient impossible. Visiblement il s’entête à vouloir jouer sans avant-centre. Florenzi (la seule bonne nouvelle de la soirée) pouvait toujours centrer, il n’y avait jamais personne! Neymar n’est évidemment pas un 9. Dimanche soir, comme trop souvent, il a couru partout et nulle part. Il en a fait des tonnes. Les occasions sont souvent venues de lui, mais ça n’avait globalement aucun sens.

Le PSG a proposé une bouillie et avant qu’il ne soit trop tard, il faudrait peut-être vite penser à changer de coach. Les joueurs s’entendent bien et l’affichent en permanence, mais ils sont en auto-gestion. C’est une bande de sales gosses en "colo" qui a enfermé le mono dans les chiottes!

La finale de la Ligue des champions vécue comme un aboutissement est en train de faire des dégâts, faute d’une gestion cohérente. A quel moment le PSG va pouvoir aligner une équipe réellement compétitive? Octobre?

A Marseille, tout cela n’a pas d’importance. Il paraît que c’était le soir ou jamais. L’occasion était belle et l’OM peut même faire un 3 sur 3 en battant Saint-Etienne cette semaine.

Place maintenant aux sanctions qui vont être lourdes. Aux polémiques sur qui a dit quoi et qui est responsable. J’en ai déjà mal à la tête.

Le nouveau diffuseur voulait une victoire de l’OM pour lancer sa saison. Il l’a eue. Une belle satisfaction. Pas la seule. Il peut, en effet, aussi se réjouir de s’être mis tout de suite au niveau de la L1. Entre mauvais et médiocre…

Daniel Riolo