RMC Sport

Didier Quillot: "Il faudrait avancer la clôture du mercato en France"

A dix jours de la reprise de la Ligue 1, Didier Quillot a accordé un entretien auprès de RMC Sport. Le directeur général de la Ligue de football professionnel évoque tour à tour l’ouverture du championnat à de nouveaux marchés, l’utilisation de la vidéo ou encore le mercato et la gestion des supporters en tribunes.

J-10 avant l’ouverture de la saison 2018-19 de la Ligue 1. En levée de rideau, le championnat de France s’offre un duel au stade Vélodrome entre l’Olympique de Marseille et Toulouse. Si tous les passionnés de football espèrent un spectacle de qualité, la Ligue de football professionnel en attend autant de ce début de saison. Le directeur général de l’instance, Didier Quillot, a fait le point ce mardi pour RMC Sport sur les dossiers chauds du championnat et de la LFP.

Vers un mercato raccourci en Europe?

"Je pense que le mercato devrait s’arrêter en même temps dans toutes les grandes nations européennes (ndlr, le 9 août en Angleterre, le 18 août en Italie et le 31 août 2018 en L1). La fin du mercato devrait être avancée, autant que faire se peut, après la première journée du championnat. La Premier League a décidé de clôturer le mercato plus tôt car les entraîneurs anglais s’étaient plaints. Je pense qu’ils ont raison et qu’il faudrait à terme également avancer la clôture du mercato en France, mais il faudra le faire de manière harmonieuse sur les cinq grandes nations européennes."

La Ligue 1 à l’heure de la vidéo

"Il n’y a pas eu de bugs pendant la Coupe du monde, donc cela a été parfaitement utilisé, cela s’est révélé assez fluide. Nos arbitres sont formés depuis 18 mois et ils ont dirigé des matchs en direct lors de la Coupe de la Ligue et la Coupe de France. Nous allons travailler sur la communication avec le stade afin que la raison du recours au système VAR apparaisse sur les écrans. Pour la Fifa, c’était top. Maintenant, il va falloir s’améliorer en France aussi, mais les arbitres y sont formés."

Développer les tribunes debout

"Cela débute à Lens et à Sochaux et la ministre des Sports, Laura Flessel, a autorisé cette expérimentation. A la Ligue, nous sommes à l’initiative des discussions avec l’Association nationale des supporters. Les tribunes debout répondent à une demande des supporters. Il y a eu un premier exemple réussi en Allemagne donc nous y sommes très favorables. Nous avons poussé pour que cela voit le jour en France et nous sommes très contents que cela se fasse cette saison."

La L1 à la conquête de l'Asie

"La LFP est là pour accompagner les clubs, en particulier les grands clubs français qui ont une stratégie de développement à l’international. Par exemple, le Paris Saint-Germain, qui va disputer le Trophée des champions samedi (ndlr, contre Monaco à Shenzhen en Chine dès 14h), se trouve en Asie depuis au moins une semaine pour promouvoir la marque PSG. Le club de Monaco cherche à ouvrir des académies de formation en Chine. Le président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud, était la semaine passée en Chine pour un sommet économique. L’Olympique Lyonnais a des actionnaires chinois et va régulièrement en Asie. A la LFP, nous sommes là pour accompagner ces clubs afin de grandir et de se développer."

L’importance de Neymar dans l’attractivité de la L1

"Neymar fait partie des raisons pour lesquelles la L1 a accéléré son momentum cette saison: les affluences ont gagné +7%, les audiences télé +25%. Les droits TV mis en vente pour la saison 2020-2024 ont fait un bon de 60% et c’est un record. Tout cela est lié à de nombreux ingrédients mais le catalyseur, le boost, c’est l’arrivée de Neymar. J’espère qu’il sera présent en Chine cette semaine et qu’il jouera (ndlr, lors du Trophée des champions). Les grands joueurs du PSG qui étaient prêts à jouer après le Mondial seront là."

Les critiques de Tebas sur la L1

"Hier (lundi), j’étais à l’UEFA pour une réunion et les dirigeants que je voyais me disaient que la 'France is back'. Je sens que l’on nous regarde différemment. La réaction du président de la ligue espagnole est au-delà de son cheval de bataille (ndlr, Javier Tebas avait critiqué le PSG après le recrutement de Neymar en 2017). Il ferait mieux de s’occuper de sa ligue, ce qu’il fait par ailleurs très bien, parce que la Liga est un formidable modèle de réussite de par son développement à l’international. Mais je trouve que Javier Tebas ferait mieux de s’occuper de la Liga."

JGL avec Antoine Arlot