RMC Sport

Droits TV Ligue 1: ce qu'a dit Saada aux salariés de Canal+

Dans un courriel interne dévoilé par L'Équipe, Maxime Saada, président de Canal+, a justifié son retrait de la Ligue 1. Le dirigeant estime que le groupe n'a pas à payer plus pour un lot qualitativement moins intéressant que celui obtenu par Amazon.

Canal+ rassure ses salariés, tout en se montrant déterminé par rapport à la décision prise de se retirer de la Ligue 1. Dans un mail interne révélé vendredi soir par L'Équipe, Maxime Saada, président du directoire du groupe audiovisuel, assure avoir "conscience de l'émotion que va créer cette situation". Mais il écrit aussi: "Il n'est pas question de se retrouver dans une situation où Canal+ est l'acteur qui paye le plus, pour avoir le moins".

Dans ce courriel, Maxime Saada développe son raisonnement et juge que la chaîne cryptée n'a pas à payer 332 millions d'euros par an pour les matchs du samedi 21h et du dimanche 17h (il s'agit du lot n°3 sous-licencié par beIN Sports), alors qu'Amazon ne va débourser que 250 M€ annuels pour, entre autres, les rencontres du dimanche soir et les dix meilleures affiches de chaque saison. "La LFP a considéré à tort que la proposition d'Amazon se cumulait aux montants des lots attribués en 2018. (...) Ce scénario n'existe pas", dénonce le dirigeant.

"La même erreur qu'en 2018"

"Canal+ ne paiera pas 332 M€ pour 20 % des matches, quand Amazon en diffuse 80 % pour 250 M€. Nous ne diffuserons donc pas la Ligue 1. Après la chimère Mediapro, la LFP et les présidents de clubs reproduisent donc la même erreur qu'en 2018", fustige aussi le patron de Canal+. En outre, Maxime Saada exprime sa "mobilisation la plus totale" pour que les "intérêts" de son entreprise soient "préservés".

Comme l'a rapporté RMC Sport peu après l'annonce des résultats de la négociation pour les matchs abandonnés par Mediapro, Canal+ avait prévenu la LFP qu'il se retirerait de la Ligue 1 si son offre n'était pas acceptée. Mais c'est donc en toute connaissance de cause que les membres de la Ligue, donc les clubs, ont donné leur feu vert à Amazon, acteur inédit sur ce marché.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport