RMC Sport

Droits TV: Rothen s’emporte après l'annonce du retrait de Canal+ de la Ligue 1

Quelques minutes après l’annonce par Canal+ de l’abandon de la Ligue 1 après l’arrivée d’Amazon, Jérôme Rothen confie son incompréhension ce vendredi sur RMC. Et n’épargne pas Maxime Saada, président du directoire de la chaîne cryptée.

Alors que Canal + venait de récupérer la diffusion de deux rencontres de Ligue 1 par journée pour la période 2021-2024, la chaîne cryptée s’est vexée de l’octroi du reste de l’offre au géant américain de la distribution Amazon, au détriment de son partenaire BeIN Sports. Le groupe Canal a annoncé dans la foulée son retrait de toute diffusion du Championnat de France pour cette période 2021-24, dans un communiqué.

Un vrai coup de tonnerre pour les droits TV de la Ligue 1, qui n’a pas surpris tant que ça Jérôme Rothen. "Dans l’After cette semaine, Maxime Saada avait été très clair: il n’a pas caché qu’il y avait un lot qui l’intéressait, celui des deux meilleures affiches du championnat, a-t-il expliqué ce vendredi soir dans "Rothen Régale" sur RMC. Et que derrière, Canal avait un accord pour que BeIN diffuse les huit autres matches. Il ne s’interdisait pas qu’un autre candidat extérieur arrive, il avait même cité Amazon. Il y avait cette éventualité-là."

>> Les infos sur les droits TV de la Ligue 1 en direct

"Il faut se respecter..."

Mais s’il n’a pas été abasourdi, le consultant de RMC n’a en revanche pas compris ce volte-face du groupe Canal, qui avait sauvé le football français après le fiasco Mediapro. "Ce que je ne comprends pas, c’est que Maxime Saada avait bien dit que la Ligue 1 valait entre 600 et 700 millions. On est en plein dedans, poursuit-il. Alors, pourquoi se retirer? S’ils n’ont pas mis assez, et qu’Amazon a remporté ces lots-là, il faut se respecter... Canal + fait le vexé ! Je ne comprends pas. Ce n’est pas parce que tu es le partenaire historique de la Ligue 1 que tu dois avoir des passe-droits."

Dans un communiqué, Amazon s’est lui félicité de cet "accord historique" qui marque le "début d'une nouvelle ère pour la Ligue 1". Le géant du numérique a confirmé détenir les dix meilleures affiches de chaque saison, jusqu’à l'été 2024, mais aussi les droits des 66 deuxièmes et troisièmes choix ; et des magazines du dimanche.

Romain Daveau Journaliste RMC Sport