RMC Sport

Fair-play financier: renvoyé devant la chambre d'instruction de l'UEFA, le PSG s'agace

Au lendemain du renvoi du dossier du PSG devant la chambre d'instruction de l'UEFA, la décision de l'instance européenne continue d'interroger. Au sein du club français, mais également en Suisse.

Après trois mois d’étude approfondie, la chambre de jugement de l’UEFA a décidé lundi de renvoyer le dossier d’enquête du fair-play financier du PSG devant la chambre d’instruction, alors que cette même chambre d’instruction avait estimé en juin dernier que le PSG était dans les clous du FPF.

Un rebondissement qui a agacé le PSG, et suscité quelques interrogations de la part de membres de l’UEFA, notamment au sein de la chambre d’instruction. Plusieurs personnes ont été surprises, et même interloquées par cette décision, estimant qu'elle remet en cause la première enquête, déjà effectuée avec beaucoup de sérieux.

"C'est peut-être du jamais vu"

"Deux cabinets d’audit ont travaillé sur le dossier du PSG. Un cabinet estimait que les contrats étaient surévalués, un autre que les contrats étaient globalement à la hauteur des exigences du marché. Ces deux cabinets disposaient d’un agrément UEFA. Et aujourd’hui, on reproche à la chambre d’instruction d’avoir retenu l'avis du cabinet qui validait les chiffres du PSG. C’est étrange, et peut-être même du jamais vu", confie avec surprise une source interne à l’UEFA.

Une autre source proche de ce dossier s’étonne également de la décision de la chambre de jugement: "Elle devrait suivre l’avis de la chambre d’instruction. C’est comme quand un procureur réclame une peine, le parquet suit très souvent son avis. Déjuger comme ça la chambre de jugement, c’est surprenant."

Manoeuvres en coulisses ?

Le PSG, qui a toujours répondu favorablement aux requêtes de l’UEFA - vendant cet été pour 65 millions d’euros - et qui a aussi connu une décote de près de 50 millions d’euros de certains de ses contrats, ne comprend pas. Paris a en effet enregistré une augmentation assez importante de ses sponsors avec une rentrée d’argent avoisinant 40 à 50 millions d’euros, sans compter la future arrivée du contrat Jordan, énorme succès commercial. 

Au sein du club français, la colère est donc présente, et on s’étonne de cette enquête alors que Paris a toujours fourni les documents demandés par l’UEFA, et participé de surcroît à plus de quatre réunions en Suisse. Le doute, et surtout la suspicion de voir certains grands clubs manœuvrant en coulisses pour essayer de mettre en difficulté le PSG, continuent de planer au-dessus de la capitale.

Mohamed Bouhafsi