RMC Sport

Football Leaks, FC Nantes: Waldemar Kita éviterait certains impôts via une société "boîte aux lettres" basée en Belgique

-

- - AFP

Selon le journal belge L’Echo, qui participe à l’enquête des Football Leaks, le FC Nantes serait détenu par une société dont le siège social est une boîte aux lettres basée en Belgique. Un moyen pour Waldemar Kita, le président du club, d’éviter de payer des impôts sur les plus-values réalisées lors de la vente d’actions.

Ce mois de décembre est décidément bien pénible pour Waldemar Kita. A la tête d’un club en grande difficulté et avant-dernier de Ligue 1, le président du FC Nantes est maintenant cité dans l’enquête des Football Leaks. Le journal L’Echo accuse l’homme d’affaires franco-polonais d'avoir manœuvré pour éviter de payer certains impôts. Le média belge explique le FC Nantes serait en réalité détenu à 99% par une société dont le siège social est une boîte aux lettres basée à Saint-Gilles, une commune à la périphérie de Bruxelles.

A voir aussi >> Nantes : F. Kita sonne la remobilisation, Baronchelli en approche ?

Déjà épinglé dans l’affaire des Panama Papers

Il y a dix mois, le nom du président du FC Nantes avait déjà été cité lors de l’affaire des « Panama papers » pour possession d’un yacht sous pavillon de complaisance. Waldemar Kita avait alors parlé d’homonymie avec ce « Waldemar Kita » actionnaire de la société Dylan limited créée le 31 août 2007, quelques jours seulement après le rachat du FC Nantes. Un étonnant hasard quand on sait que cet homonyme possède une résidence à Uccle et que la holding « Flava groupe », créée le 31 juillet 2007, société anonyme de droit belge domiciliée dans cette même commune au sud de Bruxelles jusqu’en mars 2014, possède une filiale baptisée FC Nantes.

En 1998, Waldemar Kita avait déjà tenté de racheter le FC Nantes mais le conseil d’administration de l’époque avait préféré la Socpresse. Le franco-polonais s’était tourné vers le club suisse du Lausanne-Sport. Entre 1998 et 2001, Waldemar Kita avait réalisé plus d’une cinquantaine de transactions de joueurs qui transitaient par la SA Lausanne-sport football percevant les indemnités de transfert. La SA sera mise en liquidation en mars 2002 et le club envoyé en D2 pour une dette de 4 millions de francs suisses avant sa faillite en 2003. Waldemar Kita n’a jamais été condamné par la justice suisse pour sa gestion à l’époque.

Depuis son arrivée au FC Nantes en 2007, ce sont 70 transferts de joueurs qui ont eu lieu, malgré une interdiction de transaction d’une année suite à l’affaire Bangoura en 2013. Il estime avoir investi près de 100 millions d'euros dans le club qu'il a acheté entre 8 et 10 millions.

A voir aussi >> Primes de défaite, autographes rémunérés, énormes priviléges... les folles clauses révélées par les Football Leaks

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur