RMC Sport

Garibian, patron de l'arbitrage français, reconnaît "une erreur" lors de PSG-Angers

Directeur technique de l'arbitrage, Pascal Garibian est revenu sur RMC, dans l'émission "Rothen s'enflamme" ce mercredi, sur le coup de gueule d'Angers après sa défaite face au PSG vendredi. Il a reconnu que le corps arbitral s'était trompé en accordant un penalty aux Parisiens.

L’heure est au mea culpa. Invité ce mercredi de l’émission "Rothen s’enflamme" sur RMC, le directeur technique de l'arbitrage Pascal Garibian est revenu sur la polémique née lors du match de Ligue 1 entre le PSG et Angers (2-1) vendredi dernier en ouverture de la 10e journée. Le SCO s’était plaint du penalty accordé en fin de match aux Parisiens pour une main dans la surface de Pierrick Capelle. Pour les joueurs angevins, l’arbitre aurait dû revenir sur une potentielle faute de Mauro Icardi sur Romain Thomas au début de l’action. "Il y a faute. Il me tire sur le bras, je tombe. Le VAR, ça commence à me fatiguer cette histoire. On met des millions dans un truc, on ne sait même pas l'utiliser", avait pesté le défenseur central d’Angers.

>> Les podcasts de Rothen s'enflamme

"Une erreur de notre part"

Cinq jours après cet épisode, Pascal Garibian reconnaît "une erreur". "Notre objectif, c’est que les arbitres prennent le maximum de bonnes décisions. Factuellement, nous sommes à -20% d’erreurs et 75% d’erreurs erronées ont été corrigées, soit autant de polémiques en moins. Sur PSG-Angers, c’est une erreur de notre part. Il n’y a pas d’ambiguïté. Nous n’avons rien à cacher, nous partageons avec les clubs, y compris sur des situations sur lesquelles nous nous sommes trompés. J’ai eu l’occasion d’échanger avec le SCO dès le lendemain", a-t-il commenté sur l'antenne de RMC.

"L’assistant vidéo, et il est premier malheureux, a été embarqué dans un effet tunnel. Il a considéré que la main était sanctionnable, en se basant sur l’APP (l’Attacking possession phase), qui consiste à étudier tout le début de l’action. Il a analysé le potentiel hors-jeu de Mbappé mais n’est pas revenu au départ. C’est une erreur de notre part", a insisté le patron de l’arbitrage français.

En Ligue 1, les dernières semaines ont été riches en récriminations contre le VAR. Mais Garibian a tenu à défendre les arbitres. "Nous sommes globalement satisfaits, a-t-il assuré. Tout n’est pas parfait mais nos arbitres sont compétents, ils commettent moins d’erreurs. C’est indéniable, l’assistance vidéo répond aux attentes mais nous devons encore travailler à l’image des autres championnats. La vidéo, c’est une réussite."

RR