RMC Sport

Incidents de Nice-OM: le préfet des Alpes Maritimes étudie l'avenir des tribunes de l'Allianz Riviera

Le préfet des Alpes-Maritimes a confié ce lundi à RMC Sport que le sort des tribunes de l'Allianz Riviera était actuellement à l'étude. A la suite des graves incidents ayant émaillé dimanche la rencontre entre Nice et l'OM, Bernard Gonzalez a également expliqué qu'un filet de protection anti-projectiles pourrait être installé devant la Tribune Populaire.

Après le choc et la consternation, voici venu le temps des réponse à apporter par les pouvoirs publics. Ce lundi, au lendemain des graves évènements ayant émaillé la rencontre de Ligue 1 entre Nice et l'OM à l'Allianz Riviera, le préfet des Alpes-Maritimes, contacté par RMC Sport, a assuré que des mesures "sur le plan administratif" étaient à l'étude.

Le sort des tribunes niçoises est actuellement discuté. Se dirige-t-on vers un huis clos partiel? Un huis clos total? "Nous allons voir quelles mesures peuvent être prises", a répondu le préfet Bernard Gonzalez, juste avant d'entrer en réunion avec les services de police, de sécurité et le président de l'OGC Nice, Jean-Pierre Rivère.

Un filet de protection installé devant la tribune?

"C'est triste pour le sport, je suis un préfet sportif et ce n'est pas ce que l'on veut voir. Maintenant, il faut se demander quel sort réserver à ces tribunes, il y a matériellement des choses à envisager", a poursuivi le préfet. Ainsi, un filet de protection anti-projectiles pourrait faire son apparition devant la Tribune Populaire de l'Allianz Riviera, sachant que les les Ultras de la Populaire Sud ne s'y sont pas opposés dans un communiqué publié ce lundi après-midi.

"C'est inacceptable de balancer des bouteilles sur les joueurs, a ajouté Bernard Gonzalez. Il faut une prise de conscience, aller en tribune ne veut pas dire aller à la guerre. Nous allons nous appuyer sur les vidéos des caméras de surveillance, la technologie est là pour nous aider." 

Le préfet a enchaîné les coups de fil pour reprendre la rencontre

Dans le même temps, RMC Sport a appris plus de détails concernant la chronologie des évènements, et plus précisément sur la manière dont a été prise la décision de reprendre la rencontre, contre l'avis des Marseillais. Alors que l'OM avait déjà pris la décision de ne pas revenir sur le terrain, le préfet a enchaîné les coups de téléphone dans le but d'obtenir un avis favorable sur la reprise du match. Il a finalement eu gain de cause. 

Félix Gabory et Clément Brossard