RMC Sport

Incidents en Ligue 1: Darmanin n'est "pas favorable" à une interdiction générale de déplacements des supporters

Invité ce mercredi matin de RMC et BFMTV, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est dit contre des sanctions collectives ou généralisées dans les cas d'incidents avec des supporters de football. Il privilégie des punitions individualisées, voire sportives.

Voilà, peut-être, une bonne nouvelle pour les amoureux de football. Alors que les instances sportives et les autorités sont entrées en phase de réflexion pour faire face à la récente recrudescence des débordements de supporters en France, et que certains ont d'ores et déjà demandé une interdiction générale de déplacements pour les fidèles des équipes évoluant à l'extérieur, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est dit ce mercredi contre cette mesure.

"Je prends déjà des arrêtés aujourd’hui, puisque ça relève du ministère de l’Intérieur, a-t-il indiqué au micro de RMC et BFMTV. Je les prends quasiment chaque semaine, même si ça ne me fait pas plaisir. Mais je ne suis pas favorable à l’interdiction générale de déplacements, d’abord parce que je ne suis pas sûr que ce soit constitutionnel, et puis je suis moi-même un supporter de foot: je ne veux pas que quelques-uns emmerdent la grande majorité."

Davantage de sanctions individualisées?

Le ministre reconnaît toutefois que des solutions doivent être trouvées, notamment en ce qui concerne la palette de sanctions à disposition. "Il faut sans doute que l’on réfléchisse à améliorer les délits et les interdictions administratives, observe-t-il. Monsieur Blanquer et madame la ministre des Sports (Roxana Maracineanu, ndlr) y réfléchissent, ils nous ont convié la semaine prochaine à une réunion avec le garde des Sceaux (Éric Dupond-Moretti, ndlr), et on aura sans doute l’occasion de le faire. (...) Tout cela relève de la justice, effectivement. On peut imaginer d’être plus rapides, et d’être plus efficaces dans les arrêtés administratifs visant des supporters, et non pas les groupes. Et puis on peut aussi réfléchir à des sanctions pour les clubs avec la LFP."

En attendant la réunion de la semaine prochaine, un premier rendez-vous est déjà fixé ce mercredi après-midi place Beauvau, sous l'égide de la DNLH (Division nationale de lutte contre le hooliganisme) et de la DGPN (Direction générale de la police nationale). Si Gérald Darmanin et les autres ministres ne seront pas présents, des membres de leurs cabinets s'y rendront, comme des représentants de la FFF et de la Ligue.

L'objectif de la réunion est d'abord de faire un point de situation sur tous les outils à disposition des clubs, de la Ligue et des pouvoirs publics, d'améliorer la coordination entre toutes ces parties et la mise en œuvre de ces outils, et déterminer s'il est nécessaire d'envisager des évolutions législatives pour aider encore plus les clubs à organiser la sécurité dont ils sont garants au sein de leurs stades.

C.C.