RMC Sport

Incidents Lens-Lille: huit mois de prison avec sursis pour un supporter lillois

Un supporter lillois a écopé de huit mois de prison avec sursis après les incidents lors du derby, à Lens. Il est également interdit de stade pour 18 mois.

Un supporter lillois de 27 ans, interpellé après les incidents survenus lors du match de Ligue 1 Lens-Lille mi-septembre, a été condamné lundi à huit mois de prison avec sursis pour avoir lancé un siège depuis les tribunes et blessé un CRS.

La peine a été assortie d'une interdiction de stade pour les matchs du Losc et toutes les rencontres au stade Bollaert de Lens durant 18 mois.

Le prévenu devra se présenter au commissariat de Béthune durant chaque match de Ligue 1 du Losc et verser 1.500 euros au CRS blessé. La procureure avait requis 10 mois d'emprisonnement avec sursis.

Le 18 septembre, à la mi-temps du derby entre les clubs rivaux du RC Lens et du Losc, des dizaines de supporters lensois avaient envahi le terrain pour aller en découdre avec des Lillois, qui avaient arraché des sièges pour les lancer sur des supporters artésiens. Les échauffourées, limitées par l'intervention des CRS, avaient fait six blessés légers.

"J'ai fait une erreur stupide"

A l'audience lundi, le prévenu Thomas H. a reconnu avoir brisé un siège de tribune d'un geste du pied, puis l'avoir lancé en direction de la pelouse, où des CRS se déployaient.

Un des CRS avait reçu ce siège sur la jambe et avait été blessé au tibia, scène enregistrée par la vidéosurveillance du stade. Tombé sous le choc du projectile, il avait été évacué. Il avait reçu une interruption de travail de 7 jours.

"Je ne pensais pas blesser quelqu'un, je ne voyais pas devant moi. (...) J'ai fait une erreur stupide", a déclaré cet homme au casier judiciaire vierge, qui comparaissait libre sous contrôle judiciaire.

Mains serrées dans le dos, il a assuré n'avoir visé personne, pris par "l'effet de groupe", alors que des insultes et projectiles fusaient entre supporters des deux clubs depuis le début de la rencontre.

Au moment des faits, il était tout juste membre du club de supporters lillois des ultras Dogues Virage Est, avec lequel il n'avait assisté qu'à un seul match du Losc.

"Il est seul à comparaître alors que les exactions ont été commises par une dizaine de personnes des deux côtés", a dénoncé le conseil de Thomas H., Me Sandra Bonnet.

"Il n'a aucune haine envers Lens. C'est un supporter qui voulait vivre sa passion et qui a malheureusement cédé à ses pulsions", a-t-elle souligné, y voyant "la plus grosse erreur de sa vie".

LP avec AFP