RMC Sport

Jallet : "Genesio a des valeurs importantes et une envie de jouer"

Christophe Jallet (Nice)

Christophe Jallet (Nice) - AFP

Le Niçois Christophe Jallet a pris la défense de Bruno Genesio, son ancien entraîneur à l’OL, ce lundi dans Team Duga sur RMC. Notamment pour ses valeurs et sa conception du jeu.

Un derby survolé et tout va mieux. En délicatesse depuis le début de saison, Nice a puni son voisin et champion de France, Monaco, samedi (4-0). Avec un très bon Christophe Jallet, notamment. Niçois depuis cet été, le latéral international français (14 sélections, 33 ans) a été invité par Team Duga à comparer son nouvel entraîneur, le Suisse Lucien Favre, à son ancien coach, Bruno Genesio.

"Je n’ai pas encore assez de temps pour juger, a estimé l’ancien Lyonnais. Bruno, je l’ai côtoyé pendant trois ans. Et Lucien Favre, je suis à peine arrivé depuis deux mois. Ce n’est pas du tout la même forme d’entraînement. Mais dans l’idée de développer du beau jeu, ils se retrouvent largement."

Et Christophe Jallet a pris la défense de Bruno Genesio. "Franchement, il y a beaucoup d’idées du football que je partage avec lui, a assuré le nouveau défenseur de l’OGCN. Je trouve qu’il a des valeurs importantes, aussi, et une envie de jouer. Ce n’est pas toujours évident de mettre en place ce qu’on voudrait. Des fois, on a des joueurs qui ne correspondent pas à des profils, à des systèmes de jeu."

A voir aussi >> Sévèrement giflé par Nice, Monaco abandonne la première place

Jallet ne veut pas devenir entraîneur

"Moi, j’ai vraiment gardé un très grand souvenir de sa première saison en tant qu’entraîneur, a ajouté Christophe Jallet à propos de Bruno Genesio. Quand il a repris l’équipe, on a fait six mois fantastiques. Tout le monde adhérait à son discours, à son projet. Et on a fait une remontada incroyable. Là, tout le monde s’accordait à dire que c’était un très bon coach."

"Il y a des saisons qui sont plus difficiles que d’autres. On a parfois des effectifs qui sont plus difficiles à gérer. Ce n’est pas toujours simple d’entraîner. Moi, je ne voudrai jamais parce que c’est vraiment difficile. Il ne faut jamais dire jamais, mais il y a très, très peu de chances. C’est toujours plus facile de critiquer que de faire. Pour juger, il faut déjà avoir fait."

A voir aussi >> Les notes de Nice-Monaco: Balotelli de retour, Seri en patron, la déroute de Sidibé

VIDEO >> Ligue 1 : l'équipe type de la 5e journée par Rolland Courbis

LP