RMC Sport

Kakuta dézingue Emery, "un coach qui veut tout commander"

Gaël Kakuta

Gaël Kakuta - AFP

Dans un entretien accordé à France Football, Gaël Kakuta est revenu sur sa collaboration avec Unai Emery, en 2015-2016 au FC Séville. Et le milieu d'Amiens conserve de la rancœur envers le coach du PSG.

La collaboration entre Gaël Kakuta et Unai Emery n'aura duré que six mois. Suffisant pour que les deux hommes comprennent qu'ils ne sont pas faits pour s'entendre. Lors de la première partie de la saison 2015-2016, au FC Séville, leur relation a été orageuse. L'ancienne pépite du football français n'a disputé que cinq matchs, dont seulement deux en Liga. Suffisant pour garder une grande rancœur envers l'entraîneur du PSG.

A lire aussi >> Dugarry: "Il y a un fossé entre Ancelotti et Emery"

"Je n’ai pas accroché avec le coach, raconte Kakuta dans France Football. Il a une façon spéciale de travailler qui ne me correspond pas. C’est même très particulier dans la préparation physique. On travaillait avec des câbles, on tirait des charges avec des ceintures, des gilets. Je m’y suis plié et j’ai accumulé les blessures. Ça n’allait pas. Emery est un coach qui veut tout commander. Il avait des principes et ne voulait pas s’adapter. Je n’avais pas de problèmes personnellement avec lui, mais avec ses méthodes. Jusqu’à un certain point."

"J'avais l'impression qu'il voulait me faire craquer"

La point de non-retour a été atteint ensuite, lors d'une séance d'entraînement. "Il m'a mis arrière gauche à l'entraînement, prétendument pour travailler différemment physiquement, se souvient le joueur d'Amiens. Là, on est entrés dans un bras de fer. J'avais l'impression qu'il voulait me faire craquer. Je l'ai laissé dans son délire. Une autre fois, dans une opposition, il me positionne en 6. Kevin (Gameiro) a crié : "Eh, Makelele!". J'ai rigolé, mais jaune… C'était trop. Je servais de cobaye."

"Il n'arrivait pas à me cerner. Tous les jours, il y avait quelque chose. Et puis il m'a dit que je ne bossais pas assez. J'avais pourtant pris un préparateur physique, un kiné et un ostéo particuliers. Dès qu'il l'a su, il m'a envoyé quelqu'un pour me dire que je ne pouvais plus faire de soins au club. Il m'a fermé la porte au nez. Certains joueurs ont essayé de me défendre, mais ça n'a pas suffi. J'étais dégoûté."

A lire aussi >> Penalties au PSG: Neymar et Cavani se sont arrangés avec Emery

VIDEO - Kakuta: "Je n’ai aucun regret d’avoir quitté Lens si tôt"

Alexandre Alain Rédacteur