RMC Sport

L’Angleterre s’incline devant Beckham

David Beckham

David Beckham - -

L’annonce de la retraite de David Beckham à l’issue de la saison a provoqué une pluie d’hommages ahurissante outre-Manche. Les réactions qui ont succédé à la nouvelle en disent très long sur l’importance de l’Anglais sur la planète football.

La nouvelle est tombée peu avant 15h (heure anglaise) ce jeudi, via un communiqué. Enflammant la toile en quelques minutes à peine. Sur la page d'accueil de tous les sites des quotidiens britanniques, la photo de l’idole. « Beckham arrête ». « Beckham range les crampons ». « Beckham met un terme à sa carrière dorée ». « Beckham ne continue pas avec le PSG ». Un à un, les faits d’armes du futur retraité sont rappelés, avec nostalgie et délectation. Ses buts, ses passes, son palmarès. Ses coupes de cheveux aussi. Tout y passe pour rendre hommage au footballeur. Et à l’homme qui, en 19 ans de carrière, n’a jamais cessé de faire parler de lui.

Par centaines, les réactions du monde du football anglais ont afflué. « C’était un footballeur fantastique, un homme fantastique, et probablement la plus grande personnalité sportive dans le monde. C’est un très, très grand », encense Sven-Göran Eriksson, ancien sélectionneur de l’Angleterre. « David est différent. C’était une joie de jouer avec lui. Il a probablement été l’un des joueurs les plus influents pour transformer le football. Son impact a été énorme », salue Gary Neville, qui l’a côtoyé à Manchester. « Il m’a toujours dit qu’il aimerait avoir mon coffre. Et je lui répondais : Quand on peut faire des passes comme tu sais les faire, tu n’as pas besoin d’avoir autre chose », sourit Darius Vassel, ancien international anglais.

Août 1996 : une star est née

Joueurs et entraîneurs ne tarissent pas d’éloges. Saluant tous son professionnalisme, son talent, son charisme, et son influence planétaire. Si le joueur s’arrête, son aura rayonnera sans doute un bon moment encore sur la planète football, à en juger par l’effet qu’a produit son annonce. D’un communiqué discret, Beckham a embrasé le Royaume-Uni. La soudaineté et l’étendue de l’hommage qui lui a été rendu sont tout simplement exceptionnelles et suffisent à rendre compte de ce qu’a représenté le joueur. Le mot de la fin à Neil Sullivan, portier de Wimbledon, victime du lob de 55 mètres qui avait précipité le jeune David Beckham et sa gueule d’ange au rang de star, un soir d’août 1996 : « C’est moi qui l’ai rendu célèbre, mais je suis sûr qu’il l’aurait fait de toute façon ». Assurément !

A lire aussi :

- Beckham : « Quand Messi m’a doublé… »

- PSG : Beckham dit stop

- Beckham, la poule aux œufs d’or

dossier :

David Beckham

A.T.