RMC Sport

L’ASSE et Puel vers un divorce

INFO RMC SPORT. Lanterne rouge de Ligue 1, privée de victoire depuis le début de la saison et corrigée à Strasbourg ce dimanche, l’AS Saint-Etienne devrait écarter Claude Puel dans les prochaines heures.

Après la gifle reçue à Strasbourg ce dimanche (5-1), l’ASSE se retrouve plus que jamais dernière du classement de la Ligue 1, avec 4 points pris en 10 matchs, sans la moindre victoire. Une situation extrêmement alarmante. Le spectre de la Ligue 2 plane, alors que le premier tiers du championnat n'a pas été atteint.

Après la défaite à domicile face à Nice (0-3), la direction du club s’était déjà posée la question de se séparer de Claude Puel. La prestation dans le derby face à l’OL (1-1) avait offert un sursis au Castrais, mais le nouveau revers enregistré dimanche devrait sceller le sort de Claude Puel et de son staff. Ce lundi soir, une réunion de crise est programmée au centre d’entrainement Robert-Herbin. Cette réunion devrait entériner le fait que Claude Puel ne sera plus l’entraineur de l’équipe première de l’ASSE.

Avec moins de 1,07 point de moyenne par match, Claude Puel est l’entraineur avec le plus faible ratio de l’histoire des entraineurs de l’ASSE ayant coaché plus de 50 matchs. Un chiffre cinglant mais qui n’explique pas à lui seul que Claude Puel puisse être démis de ses fonctions dans les heures qui viennent.

Claude Puel s’est évertué depuis sa prise de fonction en octobre 2019 à rajeunir le groupe stéphanois et à en évincer certains joueurs expérimentés. Disposant de l’argument financier, il a ainsi, de Stéphane Ruffier à Mathieu Debuchy en passant par Kevin Monnet-Paquet, Jessy Moulin ou encore Loïc Perrin, purgé l’ASSE de ses gros salaires, certes, mais aussi de son expérience. Cette politique, visant à couper les têtes qui dépassent, a braqué les joueurs les plus matures comme Wahbi Khazri, Romain Hamouma, Ryad Boudebouz et autres, qui n’ont que très peu gouté le traitement réservé à des icônes comme Loïc Perrin ou Stéphane Ruffier.

Claude Puel a certes assis son autorité sur un groupe junior, mais il a aussi éclaté le noyau de joueurs d’expérience capable de relever la tête quand les vents sont contraires. Or, de sources proches du vestiaire, l’équipe admet elle-même son manque d’expérience et peine à se fédérer.

Le discours de Claude Puel ne passe plus auprès du groupe. S’il a réussi à nouer individuellement certains liens avec des joueurs qu’il souhaite voir s’affirmer comme cadres, le groupe dans son ensemble ne répond plus, à l’image des naufrages face à Nice ou à Strasbourg.

Quelles solutions pour l’avenir immédiat ?

Pour gérer la situation d’urgence, le club pourrait dans un premier temps s’appuyer sur un intérim interne. Laurent Huard a le profil le plus adapté à cette mission. Il pourrait être épaulé de Razik Nedder, qui a remporté la Coupe Gambardella avec une partie des jeunes joueurs aujourd’hui dans l’effectif pro.

Viendra ensuite le temps de trouver un successeur à Claude Puel. Les noms de David Guion (ex-Reims), qui a été par le passé directeur du centre de formation, ou de Pascal Dupraz sont évoqués.

Reste un problème majeur pour l’ASSE : le coût d’un départ de Claude Puel. Le renvoi du coach et de son staff coûterait au club stéphanois autour de 4 millions d’euros. Une somme difficile à sortir dans l’immédiat. Un arrangement à l’amiable pourrait être envisagé, tout comme la possibilité de repositionner Claude Puel dans l’organigramme du club, à un poste autre, jusqu'à la fin de son contrat, pour ne pas avoir à lui régler des indemnités dans l’immédiat. Une option que l'on imagine mal être acceptée par l'intéressé…

Timothée Maymon