RMC Sport

L'OM met en demeure ses supporters et menace de rompre la convention

Les associations de supporters ont reçu un courrier de mise en demeure de la part de l'OM, faisant craindre une rupture de la convention sur les abonnements.

Le courant ne passe plus entre l’OM et ses supporters. Dans un contexte de tension très forte à la suite des incidents qui ont éclaté à la Commanderie en marge du match contre le Stade Rennais fin janvier, le club phocéen a décidé de prendre des dispositions. Tout d’abord en annonçant une "grande initiative de concertation avec les supporters". L’OM entend mener des réflexions avec les supporters afin d’établir, à l’occasion de plateformes d’échanges, une nouvelle définition du supportérisme, "pour que celui-ci ne soit plus capté par des bandes violentes".

Mais l'OM fait aussi planer ce lundi soir la menace d'une rupture de la convention sur les abonnements avec les groupes de supporters, via une mise en demeure de six pages envoyée par mail aux associations et dont la consultation est constatée par huissier. "Nous tenons par la présente à vous signifier que la SASP OM envisage de prononcer à votre encontre la la résiliation de la convention pour faute", peut-on lire sur ce courrier.

L’OM reproche à certaines associations de supporters leur participation à la soi-disant manifestation à la Commanderie, sans avoir limité les débordements, ce qui constituerait une faute. Et leur reproche une atteinte grave à l’image de l’OM. Les groupes peuvent répondre à cette mise en demeure avant le 1er mars 2021, pour y apporter toute observation jugée utile.

"C'est un coup de massue"

L’inquiétude est donc grande ce lundi soir parmi les associations qui animent les virages depuis plusieurs décennies au Stade Vélodrome. Elles vivent très mal cette mise en demeure et l’interprètent comme le début de la fin des groupes de supporters. Si certains groupes ont reçu cette simple mise en demeure, d’autres, qui n'ont pas été impliquées dans le rassemblement à la Commanderie, se sont vu signifier la mise en stand-by de la convention signée en 2016 avec les associations. Purement et simplement.

Signée en 2016, celle-ci avait acté la reprise en main par le club de la commercialisation des abonnements. Du côté de l’Olympique de Marseille, on nie avoir jamais eu cette intention. La mise en demeure aurait pour but de demander aux supporters "leurs observations suite aux graves incidents qui se sont déroulés à la Commanderie". Le club les attend désormais avant d’envisager d’éventuelles mesures à prendre.

"C’est un coup de massue. Toute une vie de passion et de tifos remise en cause pour une manifestation qui a débordé, on le reconnaît", confie, amère, une association de supporters. "C’est un processus très classique au regard des graves violences et dégradations qui se sont déroulées, comme ferait tout club responsable. Personne ne peut tolérer ces évènements", insiste-t-on à l’OM.

Héritage de l'ère Tapie, à une époque où le club fournissait plusieurs dizaines de milliers d'abonnements aux associations de supporters qui les revendaient à leurs membres, la question des abonnements est très sensible à Marseille.

QM avec F.Ge