RMC Sport

Bordeaux-OM: les Girondins restent invaincus contre des Marseillais réduits à neuf

Réduit à neuf en seconde période contre Bordeaux, l'OM a tenu le match nul (0-0) sur la pelouse des Girondins, qui conservent leur invincibilité à domicile contre le club phocéen.

Si Nantes est "encore malade", l’OM n’est pas guéri. Le Marseille de l’intérimaire Nasser Larguet n’est pas parvenu ce dimanche à rompre la malédiction. L’Olympique de Marseille ne gagne plus à Bordeaux depuis une éternité, plus de 43 ans exactement (octobre 1977), et cette incroyable série d’invincibilité pourrait perdurer. Au moins une année supplémentaire, après le match nul (0-0) des Marseillais au Matmut Atlantique ce dimanche, en clôture de la 25e journée de Ligue 1.

Si l’arrivée de Nasser Larguet a éteint le feu dans le vestiaire après les graves incidents à la Commanderie et le départ brutal d’André Villas-Boas, le coach intérimaire n’a pas redonné vie à cette équipe marseillaise sur le terrain. Dans une logique d’attente face à des Bordelais trop vite résignés à produire du jeu après une entame plutôt dynamique, les joueurs de l’OM, très empruntés, ont été freinés par un déchet technique beaucoup trop important.

Et une double infériorité numérique qui a quasiment réduit à néant tout espoir de victoire dans une soirée bien terne. C’est d’autant plus malheureux pour les Marseillais que la première expulsion est intervenue alors qu’ils se montraient bien plus saignants dans le jeu en seconde période, à l’image de ces deux ballons dangereux de Florian Thauvin (50e, 51e). Sur l’un d’eux, Koscielny a bien failli tromper Costil, vigilant. Mais le tournant du match, c’est ce raté incroyable de Valère Germain, aux conséquences désastreuses.

L’OM perd tout en cinq minutes

Lancé dans la profondeur, l’attaquant marseillais s’est retrouvé seul face à Costil. Peut-être un peu trop seul d’ailleurs, pour un joueur plongé dans le doute. Alors que la frappe s’imposait face au gardien bordelais, Germain a tergiversé. Et plutôt que de tenter sa chance voire même d’adresser une passe à Florian Thauvin, l’attaquant a complètement manqué son geste technique. Une frappe trop molle pour inquiéter Costil, ou alors était-ce une passe ? Lui seul le sait.

Toujours est-il que Florian Thauvin pouvait s’en mordre les doigts, d’autant que dans le prolongement de cette action, Balerdi retenait Oudin par l’épaule. Carton rouge (55e). Rebelote moins de cinq minutes plus tard (59e), après un poteau de Hwang (58e). Dario Benedetto cisaillait Koscielny, un geste de frustration qui lui coûtait sa place sur le terrain. Bordeaux n’en demandait pas tant, mais ce scénario hallucinant, renversant, les Girondins n’en ont pas profité. Même à neuf, Marseille a continué de se procurer des occasions. Mais c’est bien De Préville qui a eu la balle de match au bout du pied. Une frappe trop enlevée qui s’est envolée dans le ciel bordelais.

Réduit à neuf pendant plus d'une demi-heure, les joueurs de Nasser Larguet ont préservé un résultat presque inespéré, et évité une cinquième défaite en six journées. Marseille stagne à la neuvième place du classement, devant Angers et Bordeaux. Les Bordelais, peu inspirés, n'ont même pas poussé Steve Mandanda à sortir le grand jeu.

QM