RMC Sport

La LFP cherche un fonds d’investissement prêt à investir plus d’un milliard d’euros

La Ligue de football professionnel (LFP) travaille à la création de sa société commerciale et à la recherche d’un fonds d’investissement qui pourrait y entrer contre un chèque estimé entre 1,2 et 1,5 milliard d’euros.

C'est l'un des projets de Vincent Labrune depuis son élection à la présidence de la Ligue de football professionnel (LFP) en septembre 2020: la création d’une société commerciale. L’instance avait modifié ses statuts en décembre avant que le gouvernement ne donne son feu vert en mars 2021. Les députés avaient adopté la possibilité pour les ligues professionnelles de créer une société commerciale pour la commercialisation et la gestion des droits d'exploitation audiovisuelle. Quelques mois plus tard, les présidents des clubs de Ligue 1 sont au travail. Ils étaient même réunis mercredi à Paris.

Pas encore d'accord sur la répartition

"C’est quelque chose qui est à l’ordre du jour pour la France mais pas seulement, rappelle Olivier Létang, président de Lille, sur BFM Business. En Italie, le fonds CVC est arrivé mais les clubs ne se sont pas mis d’accord sur la répartition donc ça ne se fera pas. En Espagne, ils ont procédé à peu près de la même façon (contre un investissement de 2,7 milliards d’euros, ndlr) mais le Real Madrid et le FC Barcelone ont refusé qu’il y ait une diminution du montant global versé par le fonds."

Ces désaccords vécus chez les voisins européens poussent les dirigeants à avancer sur la pointe des pieds. "On s’est entendu sur le principe mais il reste beaucoup de choses, ajoute Létang. On est au tout début du processus pour l’instant mais on veut éviter les écueils qui se sont passés en Italie et en Espagne, en validant tous le processus."

Les contours de la participation d’un fonds d’investissement se dessinent tout de même. "On est encore loin de l’objectif parce qu’il faut valider les critères de répartition, puis trouver un fonds qui viendrait prendre entre 8 et 12% du capital de cette société commerciale, expliqué Létang. On parle de chiffres, sous le sceau de la confidentialité, entre 1,2 et 1,5 milliard d’euros." L'amendement adopté par l’assemblée nationale en mars prévoit que "la Ligue ne peut détenir moins de 80% du capital et des droits de vote de la société".

NC