RMC Sport

La pelouse, Lemar, Silva, Vercoutre : les tops et flops de Caen-Monaco

Au terme d’un match qui aura mis près d’une heure à se lancer, Caen et Monaco se sont neutralisés en ouverture de la 29e journée de Ligue 1 (2-2). Un résultat qui laissera un goût amer aux Monégasques, qui ont mené deux fois au score et auraient pu encore prendre le large au classement, mais pas aux Caennais, qui montent provisoirement sur le podium.

LES TOPS

Thomas Lemar

Il avait des jambes, de l’envie, de la détermination. Par ses courses, ses appels et ses remises, Thomas Lemar a tenté d’apporter de la vie au jeu monégasque. Mais c’est sur un magnifique coup franc direct (56e), obtenu par Toulalan, que le milieu offensif guadeloupéen a fait la différence pour les siens, inscrivant son 5e but en Ligue 1 cette saison. Indispensable à l’animation de son équipe, celui qui faisait son retour au stade Michel d'Ornano ne s'est jamais laissé submerger par l'émotion. 

Bernardo Silva

Longtemps, il a oscillé entre top et flop. Mais ça, c’était avant la 68e minute de jeu et son show dans la surface où il a éreinté le pauvre Damien Da Silva, impuissant face à sa succession de crochets et à ses changements d’appuis. Dans la foulée, son centre en retrait a été suffisamment vicieux, car bien adressé entre le point de penalty et la ligne de but de Rémy Vercoutre, pour mettre Alaeddine Yahia sous pression. Dans la précipitation et pour se jeter avant Lacina Traoré qui rôdait au second poteau, le défenseur caennais a expédié le ballon dans ses propres filets.

Rémy Vercoutre

Il y a des parades pour les caméras. Et celles qui vous font gagner des points. On joue la cinquième minute du temps additionnel de cette partie quand Ricardo Carvalho place une tête qu’il pense victorieuse en direction du but caennais. C’est le moment choisi par Rémy Vercoutre pour se détendre de tout son long et d’une main ferme, repousser la tentative du défenseur portugais. Une parade aussi spectaculaire que décisive puisqu’il permet à Caen, mené à deux reprises dans ce match, de ramener un point. Et de monter, provisoirement avant les matches de samedi, sur le podium du championnat.

LES FLOPS

La pelouse

Monaco avait demandé un report de la rencontre. On a vite eu la confirmation que cela aurait été une bonne idée. Sollicitée la veille pour le quart de finale de Coupe de France entre Granville et l’OM (0-1), la pelouse du stade Michel d’Ornano avait sale mine au coup d’envoi de Caen-Monaco. Elle ne s’est pas arrangée par la suite, notamment sur son côté gauche, où le gazon s’effritait littéralement en plaquettes. Si cela n’a pas empêché les 22 acteurs de jouer, cela n’a pas forcément contribué à les libérer, lors d’une rencontre longtemps ronronnante.

La première période

Heureusement que les matches de foot ne durent pas 45 minutes. Car la première période de ce Caen-Monaco a été pénible, vraiment pénible à regarder. Imprécisions dans la dernière passe, manque de rythme, d’envie, d’audace et de prises de risques d’un côté comme de l’autre, voilà ce qui a symbolisé les 45 premières minutes de cette rencontre. Au point de se demander si on assistait réellement à un sommet entre le dauphin du PSG et un candidat au podium. Mais heureusement, les matches de foot ne durent pas 45 minutes…

La défense monégasque

Deux fois, l’AS Monaco a mené dans cette partie. Et deux fois, les hommes de Leonardo Jardim se sont faits rejoindre. D’abord suite à une faute de main de Wallace dans sa surface, puis au marquage élastique de Fabinho sur Kouakou, buteur cinq minutes seulement après son entrée en jeu d’un superbe retourné acrobatique à bout portant (89e). Deux erreurs d’inattention qui coutent deux points à l’ASM, qui pourrait voir Lyon, qui reçoit Guingamp dimanche, revenir sérieusement sur ses talons.