RMC Sport

Le 11 des joueurs les plus sous-cotés de Ligue 1

-

- - -

Aguerris, réguliers saisons après saisons, décisifs dans les moments difficiles… La Ligue 1 n’est pas que le seul territoire des superstars monégasques ou parisiennes. Elle est également un repaire à joueurs valeureux, pour qui talent ne rime pas toujours avec reconnaissance. En voici ses 11 représentants les plus fidèles.

Gardien

Dans le but, comment ne pas citer Baptiste Reynet ? Capable de parades irréelles, solide au pied, rassurant dans les airs, le joueur de 26 ans n’est que trop rarement félicité après ses matchs aboutis (les commentateurs eux sont bien obligés de s’emballer.)

Troisième gardien aux évaluations du journal l’Equipe, premier du classement cumulé de la LFP (voir plus bas), Reynet pâtit du "Oui mais c’est sa première saison en L1, il faudra confirmer, etc." Et là, offusquons-nous: c’est la troisième saison du portier dijonnais dans l’élite ! En 2011, sa première en L1 était également… sa première en professionnel. Et déjà, il avait réussi un exercice remarqué malgré la relégation de son équipe.

-
- © -

Garant des chances de maintien de son équipe, il prouve journée après journée qu’il a les bons réflexes pour sauver son club. Le mercato d’été devrait être animé au poste de gardien en France (Marseille, Rennes, Nice...) Qui saura offrir à Baptiste Reynet la reconnaissance qu’il mérite?

Défenseurs

Du haut de ses 28 ans, Paul Baysse (Nice) fait figure d’ancien en L1. Pourtant, la faute à des blessures répétées, il n’a disputé que 140 rencontres de championnat. Qu’importe, son talent n’est plus à démontrer. Bon au marquage, très fort au duel aérien, celui qui a été nommé capitaine par Lucien Favre fait preuve de hargne et incarne le projet niçois. Méritant à tous les niveaux.

Dans l’axe de la défense l’accompagnent Jérémy Sorbon (Guingamp) et Adama Soumaoro (Lille). Pour le premier, le rêve de reconnaissance semble terminé. Dans sa 9e saison dans l’élite (263 matchs), le joueur de 33 ans a fini de croire à la médiatisation. Pourtant, ses gestes propres, son faible taux de cartons jaunes et sa présence dans les surfaces adverses font de lui une valeur très sure de la L1. Pour le second, tout est encore permis. Mais force est de constater qu’actuellement il ne fait pas partie des références à son poste, en dépit d’une puissance à tout casser. Est-t-il toujours pénalisé par son erreur grossière en finale de la coupe de la ligue (avril 2016)? Peut-être. A 24 ans, il a encore tout le temps pour inverser la tendance.

A gauche, le bien nommé Jérôme Roussillon (Montpellier) termine le quatuor. Arrivé de Sochaux en 2015, il possède de bien jolies statistiques en championnat. Dans l’Hérault, il comptabilise 4 buts et 4 passes décisives en 60 matchs. Capable de jouer haut, dans une équipe qui manque parfois de solutions offensives, Jérôme Roussillon confirme les promesses de l’an passé, et attend impatiemment que l'on s’intéresse à lui.

A lire aussi >> les 11 meilleurs joueurs de la 30e journée selon Rolland Courbis

Milieux

Au milieu, trois machines à ballons, gratteurs fous devant l’éternel, dont le manque de statistiques visibles pénalise l’ascension médiatique. En premier lieu, Benjamin André (Rennes). Loué pour son rendement, ce poumon inépuisable de l’entrejeu breton bonifie avec simplicité les ballons qui passent dans ses pieds. Insuffisant pour faire lever tout un stade, mais bien assez pour se rendre indispensable à Rennes, où Christian Gourcuff adore sa valeur.

Avec lui, Thomas Mangani (Angers), au pied gauche racé, et pilier du maintien de son équipe cette saison. Auteur de 6 passes décisives, celui qui a tiré 112 corners cette saison (!) marque aussi parfois, sur coup-franc ou sur pénalty. Maitre artificier des coups de pieds arrêtés angevins, il excelle dans son milieu, où sa vision du jeu illumine souvent la grisaille.

-
- © -

Enfin, Mustapha Diallo, le chouchou du Roudourou. Tour de contrôle dans le milieu guingampais, le grand sénégalais (1m92) est le préposé aux buts dans les grands matchs. Buteur contre Rennes, Lyon et Monaco cette saison (et quel but ! voir plus bas), Diallo est aussi un atout précieux lorsqu’il s’agit de conserver des résultats. Très dur sur l’homme, il est le joker de Kombouaré, après avoir été celui de Gourvennec.

Attaquants

Devant, Julio Tavares (Dijon) fait figure de numéro 9 oublié. Polyvalent dans les tâches offensives, bon dans le repli défensif, l’attaquant capverdien (28 ans) performe enfin, après plusieurs saisons de galère en Ligue 2. Eclipsé par la réussite de Diony, Tavares a déjà marqué 9 fois, et donné 3 passes décisives. Preuve de son bon niveau, il est aussi très surveillé par les défenses, et a déjà subi 36 fautes cette saison. Ne manque plus que la reconnaissance des fans de football…

Sur les ailes pourraient l’accompagner Oscar Trejo (Toulouse) et Sylvain Marveaux (Lorient). Le premier, débarqué discrètement depuis Gijon (Espagne) en 2013, multiplie les belles saisons à Toulouse. Rarement mis en valeur, le joueur argentin alimente ses coéquipiers en bons ballons. Et marque aussi (12 buts depuis son arrivée). Très créatif, il possède une technique rare en L1.

Quant à Sylvain Marveaux, son corps de verre aura eu raison de son formidable potentiel. Pas de quoi crier à l’injustice donc, pour celui qui n’aura côtoyé que des clubs bretons dans l’Hexagone (Rennes, Guingamp, Lorient). Quoi qu’il en soit, cette saison à Lorient est celle de l’anonymat le plus total pour un Marveaux pourtant passeur décisif à 6 reprises déjà (pour 4 buts). A 30 ans, le train semble passé.

-
- © -

Mais aussi…

Jean-Louis Leca (Bastia), Alaeddine Yahia (Caen), Youssouf Sabaly (Bordeaux), Lucas Deaux (Guingamp), Younousse Sankharé (Bordeaux), Ronny Rodelin (Caen), Enzo Crivelli (Bastia)…

Pascal Lefebvre