RMC Sport

Le détonateur Memphis, Lacazette toujours à bloc, l’impuissance des Grenats… le débrief d'OL-Metz

Memphis Depay

Memphis Depay - AFP

L’Olympique lyonnais enchaîne enfin un second succès d’affilée en Ligue 1. Les Gones ont atomisé le FC Metz au Parc OL (5-0) ce dimanche grâce notamment à un doublé de Memphis Depay. Lyon garde le cap dans sa quête d’une place européenne et repousse le rival stéphanois. Le promu, lui, flotte tout juste au-dessus de la zone de relégation.

Une semaine après sa victoire contre Dijon (4-2) et trois jours après avoir écrasé l’AZ Alkmaar en Ligue Europa (7-1), l’Olympique lyonnais était attendu ce dimanche 26 février pour sa troisième sortie d’affilée à domicile. Opposés au FC Metz (27e journée de L1), les Rhodaniens ont fait ce qu’il fallait pour boucler de bien belle manière cette semaine au Parc OL (2-0).

Depay s’est occupé de tout

Deux buts, un provoqué et une passe décisive : Memphis Depay mérite le titre d’homme du match. Le Néerlandais a fait souffrir Metz. Avant la pause, il a eu le mérite d’être là au bon moment pour ouvrir le score dans le but vide après une frappe d’Alexandre Lacazette repoussée par… le poteau, puis le dos du gardien messin Thomas Didillon (43e). En revanche, Memphis ne doit son deuxième but qu’à lui-même : dans la surface, il a provoqué Cheick Doukouré et récupéré le cuir dans ses pieds avant de fusiller Didillon (53e). C’est encore lui qui a amené le troisième but, quand sa passe pour Lacazette a été déviée dans ses propres filets par le Messin Ivan Balliu (74e). L’ex-Mancunien a quand même pu servir Lacazette plus tard (78e). On lui pardonne facilement ce tir dans les nuages face au but alors qu’il pouvait s'offrir un triplé (80e).

Le bijou de Lacazette…

Et encore un. Sur ses dix derniers matches de Ligue 1, Alexandre Lacazette en est désormais à onze réalisations. Et celle contre les Grenats restera comme l’une de ses plus belles de la saison. Servi par Depay, l’international français a pu contrôler, puis mettre Signorino et Falette dans le vent sur deux crochets. Lacazette a finalement envoyé du gauche une frappe enroulée dans la lucarne d’un Didillon désabusé. Voilà qui fait 22 buts pour le Lyonnais, bien parti pour battre sa marque record de 2014-2015 (27 réalisations).

… et de Valbuena

Si Rachid Ghezzal a eu droit à quelques sifflets de la part du Parc OL à son entrée en jeu (76e à la place de Maxwel Cornet), Mathieu Valbuena été mieux accueilli lorsqu’il a remplacé Nabil Fekir (82e). L’ancien Marseillais a participé au festival lyonnais en signant le dernier but de la partie (90+2e). Sur un mauvais dégagement de Metz, le meneur de jeu s’est avancé seul face à Didillon et l’a joué perso pour une fois en exécutant un lob parfaitement dosé. Le public a apprécié le 7e but du Lyonnais cette saison.

Metz a raté le coche

Sur la physionomie de la rencontre, la défaite des Grenats ne souffre d’aucune contestation. Privée de son buteur Cheick Diabaté, malade, l’équipe messine n’a rien pu faire pour déstabiliser les Gones. Mais sur une action, le promu a bien failli changer le cours de la rencontre. On jouait depuis seulement deux minutes quand Thibaut Vion s’est infiltré dans la surface et a adressé un centre-tir parfait pour Georges Mandjeck. Malheureusement, le milieu de terrain s’est emmêlé les pinceaux et a laissé le ballon lui passer entre les jambes alors qu’il n’avait qu’à mettre le pied en opposition pour ouvrir le score… Dommage pour Metz.

L’OL garde sa quatrième place

Le podium est peut-être trop loin pour l’Olympique lyonnais, mais les hommes de Bruno Genesio ne comptent pas abandonner leur quatrième place. Mis sous pression par la victoire de Bordeaux à Lille (2-3), Lyon n’a pas flanché et repris quatre points d’avance. Saint-Etienne, battu à Caen (1-0), est relégué à sept longueurs. La seconde victoire consécutive de l’OL (ce n’était plus arrivé depuis le mois de décembre) tombe à pic.

A lire aussi >> Lyon défiera l'AS Roma en huitième de finale de Ligue Europa

A lire aussi >> L’OL assure avoir sanctionné les auteurs des banderoles misogynes

N.B