RMC Sport

Le LOSC passera fin mai devant la DNCG, qui attend "des vrais investissements en fonds propres"

Gérard Lopez

Gérard Lopez - AFP

En difficulté sur le plan sportif et dans le flou financièrement, le LOSC aura rendez-vous en mai avec la DNCG, le gendarme financier du foot français. Actuel avant-dernier de Ligue 1, le club nordiste devra faire la lumière sur ses finances.

40,493 millions d'euros de déficit. C'est le résultat net du LOSC, à l'issue de la saison 2016-2017, révélé ce vendredi par la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), le gendarme financier du football financier, dans son bilan comptable. La saison dernière, seul l'OM affichait un déficit plus important avec un résultat net de -42,430 millions d'euros.

"Le LOSC sait très bien ce qu'on attend de lui. On s'est donné rendez-vous fin mai, on discutera à ce moment-là", a annoncé vendredi le président de la DNCG, Jean-Marc Mickeler, au sujet des incertitudes sur la situation financière du club de Lille. Il n'a pas voulu s'appesantir davantage sur le cas précis du LOSC, mais a rappelé la philosophie générale de l'instance vis à vis des investisseurs dans l'ensemble des clubs français.

La menace d'une relégation administrative

Compte tenu de "l'aléa sportif" propre au football professionnel, "ce que nous attendons, ce sont des vrais investissements en fonds propres et pas des financements avec des schémas de remboursements différés importants", a-t-il expliqué. "Ce type de schéma peut fonctionner dans d'autres secteurs économiques, mais sont beaucoup plus délicats à appliquer dans le football à cause de l'incertitude des résultats sportifs," a détaillé le patron de la DNCG.

Le directeur général de la LFP, Didier Quillot, a indiqué pour sa part, que "l'acquisition du LOSC a été effective en janvier 2017. Et la loi Braillard a donné la possibilité à la DNCG de contrôler les projets d'achat en mars 2017" seulement. Avant-dernier de Ligue 1, Lille est en grande difficulté sur le plan sportif, mais aussi sur le plan financier, avec la menace d'une relégation administrative s'il ne présente pas de nouvelles garanties à la DNCG.

A lire aussi >> Lille: "J’ai vu des joueurs pleurer" avoue Christophe Galtier

L'intransigeant gendarme financier n'a fait aucun cadeau au LOSC ces dernières années, et notamment depuis le rachat du club par l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois Gérard Lopez début 2017. La DNCG a également interdit le LOSC de recrutement lors du dernier mercato hivernal, empêchant le club nordiste de se renforcer, et a même été plus loin en prononçant en février une rétrogradation en Ligue 2 à titre conservatoire.

VIDEO >> LOSC : Bielsa débouté de sa demande d’indemnités par les prud’hommes

RR avec AFP