RMC Sport

Le président d'Amiens dénonce une "injustice" et veut se battre

Amiens, 19e de Ligue 1 avant l'interruption par la pandémie de coronavirus, se voit relégué en Ligue 2 après l'annonce de l'arrêt de la saison et du classement final par la LFP. Son président Bernard Joannin dénonce une "injustice" et compte se battre pour le club.

Bernard Joannin, le président d'Amiens, relégué en Ligue 2 après l'arrêt anticipé de la saison de Ligue 1 ce jeudi, compte "se battre" contre cette décision qu'il juge "injuste". "Mon premier sentiment c'est l'injustice car Amiens n'a pas pu défendre jusqu'au bout, sur le terrain, son maintien en Ligue 1. L'équité sportive n'est pas respectée (...) Je trouve cette décision injuste et mon rôle est de défendre l'Amiens SC", a affirmé le dirigeant picard lors d'une interview diffusée sur la page Facebook de l'ASC.

"Je vais me battre pour faire valoir nos droits"

"Je vais me battre avec toutes mes équipes pour faire valoir nos droits car je pense que cette décision n'est pas juste. Nous allons attendre le procès verbal de ce Conseil d'Admnistration (de la LFP) puis le passage devant l'Assemblée générale et nous nous réservons le droit d'aller plus loin pour que la justice passe", a ajouté le président picard.

L'ASC, qui disputait la troisième saison de son histoire dans l'élite, était classé 19e et avant-dernier au moment de l'interruption du championnat en raison de la pandémie de coronavirus, à quatre points de Nîmes, qui occupait la place de barragiste. "Je trouve cette décision très très injustifiée. Il y a 19 matches aller, il doit y avoir 19 matches retour. Il restait 30 points à distribuer", a fait valoir M. Joannin.

Il dénonce "l'injustice" de la LFP

"Je ne peux pas contester la décision du Président de la République qui a pensé d'abord à la santé de ses concitoyens. Je la respecte. Là où je ne suis pas d'accord, c'est dans le manque d'humanité et l'injustice de la décision de la Ligue de football professionnel (...) Le basket, le hand ou le rugby n'ont pas prononcé de descentes", a-t-il pointé.

Le président amiénois était favorable à ce qu'aucun club de L1 ne soit relégué et que les deux premiers de L2 soient promus afin d'avoir une prochaine saison à 22 clubs avec quatre descentes (hors barrage L1/L2) en fin d'exercice.

La rédaction avec AFP